L’acceptation tiède


« Je dois tout d’abord vous avouer que ces dernières années, j’ai été extrêmement déçu par le Blanc modéré. J’en suis presque arrivé à la conclusion regrettable que le principal obstacle que rencontre le Noir dans son élan vers la liberté n’est ni le Ku Klux Klan, ni les ligues de défense des Blancs, mais bien le Blanc modéré, celui qui s’attache davantage à l’“ordre” qu’à la justice ; qui préfère une paix négative, qui se réduit à l’absence de tensions, à une paix positive, qui est la présence de la justice ; qui dit constamment : “Je suis d’accord avec le but que vous poursuivez, mais je ne peux pas être d’accord avec vos méthodes d’action directe” ; qui, de manière paternaliste, s’imagine qu’il peut décider des étapes par lesquelles un autre homme accèdera à la liberté ; qui vit dans un temps mythique, et qui conseille en permanence au Noir d’attendre “un moment plus favorable”. La compréhension superficielle des gens de bonne volonté est plus frustrante que l’incompréhension totale des gens de mauvaise volonté. L’acceptation tiède est beaucoup plus déconcertante que le rejet complet. »

Martin Luther King, en 1963, lorsqu’il était en prison à Birmingham (Alabama) pour avoir appelé au boycott et défilé pacifiquement dans les rues de la ville.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s