Achaïra n°210 l’émission radio du lundi 1er avril 2019

Le Cercle libertaire Jean-Barrué vous présente  l’émission Achaïra n° 210  du lundi 1er avril 2019

 

Salut à toi camarade. Salut à toi fidèle auditeur, fidèle auditrice d’Achaïra. Bienvenu sur « La Clé des ondes » la radio associative bordelaise qui se mouille pour qu’il fasse beau.

Saches que tu peux d’ores et déjà réécouter Achaïra sur le podcast de l’émission en cliquant  ici.

Sommaire de l’émission Achaïra n° 210 du lundi 1er avril 2019

0h00 – générique raccourci– (sur fond musical Fela) – Esméralda, Bruno et Philaud

0h03  – sommaire de l’émission – Philaud

Salut vous êtes bien sur Achaïra et c’est la 210ème édition aujourd’hui. Nous sommes ensemble, pour accueillir notre invité : Alain, avec Fabienne, Thierry, Progrès et Philaud aux manettes de l’émission. Pour cette édition, nous présenterons la chronique d’André sur l’associationnisme. La grande partie de l’émission sera consacrée à 50 ans d’histoire du syndicalisme dans une grande entreprise de la région bordelaise, au travers d’un entretien avec Alain Imbert. Puis nous reviendrons sur la question sociale au travers de l’éphéméride concoctée par Fabienne et Thierry. Nous continuerons avec la chronique de Vassilis, la chronique internationale. Nous nous quitterons alors avec quelques rendez-vous de l’agenda.

0h05 Virgule sonore (jingle chronique désobéissance)

0h05– La chronique de la désobéissance – 7 min 52 par André [enregistrement]

« L’associationnisme » (http://deladesobeissance.fr/2019/02/18/lassociationnisme/)

0h13 Illustration musicale n°1 – 4 min 23 – Moustaki « chanson pour elle »

https://youtu.be/ojRSG8vw2kY?t=0

Vous écoutez Achaïra, émission de pollinisation libertaire, sur la Clé des Ondes, 90.1 Mhz

Vous pouvez nous appeler pour un message ou une question sur le 05 56 50 69 99

 

0h18 – Virgule sonore (jingle l’invité)

0h18 – 50 ans de pratique syndicale – partie 1 – 18 min

Présentation 3 min – entretien avec Alain Imbert – Hommage à Vladimir Charov – Le syndicalisme dans l’industrie de l’armement au temps de la guerre froide – CGT/PCF – FO/CIA – CFDT/doctrine sociale de l’Eglise –cols bleus/cols blancs – de FO à la CFDT – « La Main noire » contre l’autoritarisme des chefs

0h36 – Illustration musicale n°2 – 4 min – Lavilliers « les mains d’or »

https://www.youtube.com/watch?v=gsYogvPSFak

Vous écoutez Achaïra, émission de pollinisation libertaire, sur la Clé des Ondes, 90.1 Mhz

 

0h40 – Virgule sonore (jingle l’invité)

0h40 – 50 ans de pratique syndicale – partie 2 – 18 min

Suite entretien avec Alain Imbert – défense des comités de soldats – les revendications salariales anti hiérarchiques, uniformes – Les conflits de 1971 et 1973

0h58 – Illustration musicale n°3 – 3 min 25 – Béranger « blues parlé du syndicat »

https://www.youtube.com/watch?v=oXh6NJUySpY

Vous écoutez Achaïra, émission de pollinisation libertaire, sur la Clé des Ondes, 90.1 Mhz

 

1h02 – Virgule sonore (jingle l’invité)

1h02 – 50 ans de pratique syndicale – partie 3 – 25 min

Suite entretien avec Alain Imbert. La répression syndicale (dissolution de l’UD) et patronale (licenciements) – La gestion du CE et du restaurant d’entreprise – Les conflits de 1976 et 1995

1h27 – Illustration musicale n°4 – 2 min 59 – Pour en finir avec le travail « la vie s’écoule, la vie s’enfuit » Jacques Marchais

https://www.youtube.com/watch?v=JteihXK399g

Vous écoutez Achaïra, émission de pollinisation libertaire, sur la Clé des Ondes, 90.1 Mhz

 

1h31 – Virgule sonore (jingle l’invité)

1h31 –50 ans de pratique syndicale – partie 4 – 16 min

Conclusion – Le choix de quitter la CFDT

Contacts pour recevoir la brochure :

« L’histoire de plus de 50 ans de pratique syndicale – Dans une entreprise de moteurs spatiaux en Gironde » par le Collectif « Association de Réflexion et d’Information Fernand Pelloutier » – Editons ARIFP – 10 € TTC

Commandes à ARIFP – 186 avenue du Maréchal Leclerc Bègles (33) ou à arifp@free.fr

En guise de citation, Alain Imbert interprète a cappella « Juillet 1936 » de Serge Utge Royo

1h47 Virgule sonore (jingle éphéméride)

1h47– L’éphéméride anarchiste – 8 min

1h55 Virgule sonore (jingle Cypress Coupures)

1h55 – Inter’Action : La chronique internationale de Vassilis – 9 min

2h04 – On se dit au revoir. (Sur fond musical Soul jazz orchestra-insurrection)

L’émission touche à sa fin, c’était la 210ème d’Achaïra. L’animation a été assurée par Fabienne, Progrès, Thierry et Philaud. Un grand merci à Alain, notre invité, à Vassilis pour sa chronique internationale, à André pour sa chronique de la désobéissance. Nous en profitons pour lui souhaiter un bon rétablissement pour sa santé mise à mal ces derniers temps.

 

A bientôt dans les mobilisations, les luttes, la vie-quoi !

 

Vous pouvez retrouver l’émission soit en redif le vendredi qui succède le direct et cela à midi, ou en podcast sur le www.lacdo.org dans la rubrique « Programme » puis cliquez sur « Achaïra », ainsi que sur le site du cercle https://cerclelibertairejb33.wordpress.com en plus le programme sera détaillé et vous aurez les liens sur les chroniques écrites.

La prochaine d’Achaïra ce sera probablement le Lundi 6 mai 2019 à 20h10 toujours sur la Clé des ondes 90.10 et ce sera la 211ème.

 

Alors d’ici là portez vos luttes avec conviction et détermination.

2h07 Virgule sonore (jingle agenda)

2h07 – Agenda militant (sur fond musical Ska reggae hip hop de Skatalites) 9 min

Les spectacles et conférences-débat en avril 2019

2h16 – Fin de l’émission

Agenda militant, social et culturel – Achaïra n° 210 du lundi 1er avril 2019

• I) Le temps des manifestations

• Jeudi 4 avril 2019

Grève des enseignants

• Samedi 6 avril 2019, à 13h00 + Nocturne

Acte 21 : Bordeaux

Place de la Bourse – Bordeaux

• Jeudi 11 avril 2019,à 11h

Le printemps des retraités et des retraitées

Place Pey-Berland- Bordeaux

• II) Le temps des débats et des spectacles

• mardi 2 avril 2019 à 19h30

Projection – Hedera : sur les expériences autogestionnaires

Projection de documentaires qui regroupent des témoignages de vécus collectifs dont le lien se situe dans les pratiques et les dynamiques anarchistes actuelles. Une histoire d’un an de rencontres entre 2015 et 2016 où nous avons pu partager nos expériences de luttes, nos différents choix de vie ou nos déceptions.

on parle féminisme, squats, luttes, punk, migrant.e.s entre autres choses …

Projection suivie d’une rencontre avec des membres du collectif à l’origine et porteur du projet.

Athénée Libertaire

7 rue du Muguet Bordeaux

• mercredi 3 avril 2019 à 20h30

Projection – « J’veux du soleil »

Cinéma Rex Cestas

24 place du Souvenir 33610 Cestas

Avec Xavier Ridon – journaliste à la radio Clé des Ondes et au journal Fakir

Documentaire sur les Gilets Jaunes de Gilles Perret et François Ruffin – 1h15

– En Gironde jusqu’au 21 avril

L’ A.C.P.G. (Association des Cinémas de Proximité de la Gironde) présente dans le cadre de la 92ème opération CLINDOEIL-CINEMA :

J’VEUX DU SOLEIL – documentaire de Gilles Perret et François Ruffin – 1H27
Road-documentaire sur les « Gilets Jaunes »
« J’ai changé les plaquettes de frein et le liquide de refroidissement. 350 € chez Norauto… » C’est parti pour un road-movie dans la France d’aujourd’hui! Avec leur humour et leur caméra, Gilles Perret et François Ruffin traversent le pays: à chaque rond-point en jaune, c’est comme un paquet-surprise qu’on ouvrirait. Qu’est-ce qui va en sortir ? Des rires ou des larmes ? De la tendresse ou de la colère ? De l’art ou du désespoir ? Les deux compères nous offrent des tranches d’humanité, saisissent cet instant magique où des femmes et des hommes, d’habitude résignés, se dressent et se redressent, avec fierté, avec beauté, pour réclamer leur part de bonheur…

suivi d’un échange avec …

BLANQUEFORT – CINEMA LES COLONNES – LUNDI 25 MARS – 20H30 avec François Ruffin, journaliste-député (ou l’inverse).
CESTAS – CINEMA LE REX – MERCREDI 3 AVRIL – 20H30
avec Xavier Ridon, journaliste à la radio La Clé des Ondes et membre du journal Fakir.
BAZAS – CINEMA LE VOG – JEUDI 4 AVRIL – 20H30
avec  Alain Duluc, Nicolas Saurat, Patrick Castel gilets jaunes et Baptiste Giraud, journaliste à la radio La Clé des Ondes
CADILLAC – CINEMA LE LUX – VENDREDI 5 AVRIL – 20H30
avec Patrick Castel, gilet jaune et Lionel Cholon, maire de Loupiac
BLAYE – CINEMA LE ZOETROPE – SAMEDI 6 AVRIL – 20H30
avec Magali Della Sudda, chargée de recherche CNRS à Sciencepo Bordeaux et Pedro Chiron, diplomé en sociologie, membres du collectif d’enquête Gilets Jaunes.
COUTRAS – CINEMA MAURICE DRUON – DIMANCHE 7 AVRIL – 15H
avec Baptiste Giraud, journaliste à la radio La Clé des Ondes.
LE HAILLAN – CINEMA L’ENTREPÔT – DIMANCHE 7 AVRIL – 18H
avec Baptiste Giraud, journaliste à la radio La Clé des Ondes.
LA REOLE – CINEMA LE REX – LUNDI 8 AVRIL – 20H30
avec Alain Duluc, Patrick Castel, Stéphanie Parisot, Guillaume Saurat, Nicolas Saurat, Gilets Jaunes.
ANDERNOS – CINEMA LE REX – MARDI 9 AVRIL – 20H30
avec ???
SAINT MEDARD – CINEMA L’ETOILE – MERCREDI 10 AVRIL – 20H30
avec ???
CREON – CINEMAX LINDER – JEUDI 11 AVRIL – 20H30 avec ???
LEOGNAN – CINEMA GEORGES BRASSENS – VENDREDI 12 AVRIL – 20H30
avec Magali Della Sudda, chargée de recherche CNRS à Sciencepo Bordeaux, Pedro Chiron, diplomé en sociologie, membres du collectif d’enquête Gilets Jaunes et Xavier Ridon, journaliste à la radio La Clé des Ondes et membre du journal Fakir
SOULAC – CINEMA OCEANIC – DIMANCHE 14 AVRIL – 15H avec Xavier Ridon, journaliste à la radio La Clé des Ondes et membre du journal Fakir.
LESPARRE – CINEMA JEAN DUJARDIN – DIMANCHE 14 AVRIL – 18H
avec Xavier Ridon, journaliste à la radio La Clé des Ondes et membre du journal Fakir.
MONSEGUR – CINEMA L’EDEN – LUNDI 15 AVRIL – 20H30
avec Christophe Miqueu, maître de conférences en philosophie politique.
SALLES – CINEMA LE 7EME ART – MARDI 16 AVRIL – 20H30
avec ????
SAINTE FOY LA GRANDE – CINEMA LA BRECHE – MERCREDI 17 AVRIL – 20H30
avec Baptiste Giraud, journaliste à la radio La Clé des Ondes et Xavier Ridon, membre du journal Fakir.
LACANAU – CINEMAX L’ESCOURE – JEUDI 18 AVRIL – 21H
avec ???
GUJAN-MESTRAS – CINEMA GERARD PHILIPE – VENDREDI 19 AVRIL – 21H
avec Xavier Ridon, journaliste à la radio La Clé des Ondes et membre du journal Fakir.
SAINT ANDRE DE CUBZAC – VILLA MON CINE – DIMANCHE 21 AVRIL – 15H45
avec Xavier Ridon, journaliste à la radio La Clé des Ondes et membre du journal Fakir.

Vendredi 5 avril à 20h15 au Cinéma Jean Eustache de Pessac Séance Cinéréseaux # 61

 

«Tuer, Manger» de Annabelle Basurko – France – 2018 – 60 min

Musique originale Clément Billardello. Production Novanima (Périgueux)

« J’achète et je mange des animaux morts. Je n’ai jamais tué pour manger. Quelqu’un tue pour moi depuis toujours… Je souhaite faire face à la mort, faire face à ma prédation. J’ai décidé d’apprendre à tuer une poule et je pars à la rencontre de personnes qui vivent avec les animaux, les aiment, les tuent et les mangent. » Un « feuilleton documentaire » en 4 étapes, teinté à la fois d’humour et de gravité, qui nous questionne sur notre consommation et notre éthique.

En première partie                                                           « Connerie Universelle » de Isabelle Solas – France – 2016 – 11 min 25

Production Luxe Intérieur (Bordeaux)

En différents lieux improbables, plusieurs ami.e.s explorent le vide, la chute de leurs corps.

Le tragi-comique des cascades du cinéma muet traverse ce film où plane quelque chose de grave, comme un défi à la violence et à la mort…

 

Projection-rencontre avec les réalisatrices Annabelle Basurko et Isabelle Solas

Et Pot-dégustation!

– du vendredi 5 avril au 7 avril  place Renaudel quartier Ste Croix: Escale du livre,

retrouvez le stand de la Librairie du Muguet : L 32. Et dimanche 7 avril, toujours avec la librairie du Muguet, à 14 h salle de l’Atelier, Pinar Selek « l’Insolente » dialogues avec Pinar Selek et Guillaume Gamblin.

Guillaume Gamblin qu’elle a connu à Lyon dans le milieu alternatif nous invite à partir d’entretiens à rencontrer cette « femme aux mille vies », à l’énergie contagieuse.

• jeudi 11 avril 2019 à 15h

Débat, concerts et performance à la Tente à Sons

Quai de la Grave – 33800 Bordeaux

 

« Bienvenue – Mobilisation pour les Réfugiés

 » commence le jeudi 4 avril et termine le mardi 16 avril 2019 –

Du 9 au 13 avril, la Tente à Sons deviens le QG de Bienvenue – Mobilisation pour les Réfugiés

Lieu central et incontournable de la 2ème édition de BIENVENUE, La Tente À Sons, initialement hôpital d’urgence de Médecins Sans Frontières devenu salle de spectacle itinérante, sera un lieu d’accueil pour des échanges, débats, rencontres et soirées colorées!

Tous les événements sont à prix libre !

🔴 JEUDI 11 AVRIL 🔴

♦️ Bar ouvert dès 15h !

♦️ 16h Débat : «Comment améliorer l’accompagnement des personnes en situation d’exil ?»

Rencontre participative entre travailleurs associatifs et personnes accompagnées animée par Pauline Roudet et Oriol Badenes.

♦️ 18h-20h Lawrence (chanson française) et Jean-Francis Nom Provisoire (hip hop en collectivité)
Il et elle ne s’appellent ni Jean, ni Francis, ni Bernadette, ni Pissenlit, mais ceci n’est pas grave car ce n’est qu’un nom provisoire. Il et elle viennent d’un peu partout, entre les cultures et les musiques, et au contact de ce hip hop animé, on peut s’attendre au flow, au franglais, et que ça fasse bouger la tête. Dans ce nouveau projet 100% Tente à Sons, c’est vous le groupe, donc venez prêts à faire sonner vos corps !

♦️ 20h30 D’éclaboussures (Kayou)
Entre ombres et lumières, silences et saturations sonores, la musique se mêle à la poésie, et vice et vers sales.
Entourée de Sylvain Mège & Nicolas Buxi Merle, Edwige Emery, dit Kayou, nous dévoileront un set onirique.

________________________________________

🔴Bienvenue – Mobilisation pour les réfugiés🔴

Du 04 au 16 Avril 2019

L’an passé, pour sa première édition, BIENVENUE avait collecté près de 10 000 euros au profit de l’ONG SOS Méditerranée qui recueille les migrants naufragés au large de la Libye. Avec l’ensemble des associations qui interviennent localement auprès des réfugiés et l’engagement de nombreux artistes et structures culturelles, nous avions pu mesurer l’importance de la mobilisation citoyenne sur une question qui interpelle notre humanité.

________________________________________

Programme complet : https://urlz.fr/9fJB

Programme résumé : https://urlz.fr/97Hu

Collecte solidaire : bit.ly/PotBienvenue2019-2

Contact : lecollectifbienvenue@gmail.com

 

• dimanche 14 avril 2019 à 14h

ETATS GENERAUX DES MIGRATIONS 33

Rocher de Palmer – 1 Rue Aristide Briand, 33150 Cenon

2ème édition

14h-18h au Rocher Palmer

En association avec Bienvenue

Les Etats Généraux des Migrations sont un processus dans lequel sont engagés des centaines de collectifs, d’associations locales et nationales présentes sur le terrain aux côtés des personnes en exil. Ces EGM ont été lancés en décembre 2017 et rassemblent plus de 20 000 citoyens réunis dans 106 assemblées locales. Ces assemblées ont rédigé des cahiers de « l’inacceptable » concernant le manque d’accueil de la France, et des propositions alternatives pour améliorer cet accueil. Réunies en assemblée générale les 25 et 26 mai 2018, ces assemblées locales ont voté le Manifeste des Etats Généraux des Migrations. Les cahiers de l’inacceptable des 106 assemblées locales ont été compilés et rendus publics le 26 mars 2019 à Paris et partout en France.

Comme en 2018, L’Assemblée locale de la Gironde veut témoigner du durcissement des politiques migratoires et proposer des actions pour agir.

Sous différents formats, 4 thèmes seront proposés :

Frontières et routes, donner la parole aux personnes

Cette année nous souhaitons que les paroles des premiers concernés soient entendues.

Quand l’état se désengage, comment vivre dans des lieux alternatifs ?

Face au désengagement massif des institutions, des citoyens et des demandeurs d’asile ou de titre de séjour ont investi des locaux inoccupés pour se loger.

Témoigner du durcissement des politiques migratoires

En organisant un débat autour de notre « Livre de l’inacceptable en Gironde »

Présenter les initiatives des Etats Généraux

Cette journée est l’occasion de dynamiser les actions que les EGM peuvent porter en particulier pour agir lors de la campagne pour les élections européennes contre les idées reçues, au côté des villes accueillantes. C’est aussi avec vous que nous les menons et les mènerons !

Publicités
Publié dans Achaïra, Messages reçus, Sommaire | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Achaïra n° 210 : Chronique de la désobéissance : l’Associationnisme

L’associationnisme
Publié le 18 février 2019 par André Bernard

http://deladesobeissance.fr/2019/02/18/lassociationnisme/#more-1677

L’Histoire, bien qu’elle soit reconstruite avec partialité par les vainqueurs, doit pourtant, et d’abord, retenir notre plus grande attention, car il reste en mémoire suffisamment de matériaux pour notre enseignement ; puis notre regard se portera vers le futur, surtout quand naissent autour de nous, propulsées par la vie – inextinguible en ses aspects les plus étranges – , des initiatives sociales de toutes sortes (nous pensons au Rojava, au Chiapas et, bien sûr, à toutes les ZAD) ; oui, telle pourrait être notre façon stimulante d’être dans le présent.

Pierre Bance, dans Un autre futur pour le Kurdistan ?, dit-il autre chose en posant cependant un doigt critique sur notre imaginaire paralysé et encombré par le passé ? « Aussi, plutôt que nous complaire dans la destruction de toute pensée qui n’est pas dans la ligne de l’héritage ancestral, peut-être ferions-nous preuve de maturité politique en remisant nos conservatismes révolutionnaires, notre histoire plus fantasmée qu’héroïque, pour retenir le mieux de nous-mêmes et des autres afin de moderniser une idée émancipatrice qui, elle, n’a rien perdu de son actualité. En un mot, sortir des catacombes, comme là-bas [au Rojava] être présents dans le présent. » Julien Vignet, dans « Égoïste point ne seras », ne craint pas, lui, de se replonger dans le passé et trace modestement une « esquisse » d’une histoire qu’il estime principalement « séditieuse », celle de l’associationnisme, une histoire du socialisme naissant, une histoire en partie « occultée », mais surtout récupérée par l’intervention étatique qui a limité ou mis en tutelle les expériences. « Ces événements ne cessent d’éclairer le présent et potentiellement de l’inspirer pour qui sait les écouter », écrit-il.

Et encore :

« Une association peut bien mourir, ce qu’elle porte peut résonner à travers les âges. » Il fut un temps, rappelle l’auteur, où « les secours mutuels se faisaient à la base » sans l’intervention de l’État, en confréries ; l’associationniste s’inscrivait alors dans une tradition contestataire et révolutionnaire. Les lieux de sociabilité populaire étaient le cabaret où les hommes boivent ensemble ; le lavoir, la fontaine où se tenaient les femmes ; les places des villages où s’organisaient les foires ; par ailleurs, les divers compagnonnages participaient et anticipaient l’idée et la pratique de l’associationnisme. De même que les corporations où, très vite, se fera sentir l’intervention royale qui, en octroyant des droits, maintenait son contrôle.

Cependant, dans le peuple, vont se mettre lentement en place des alliances plus soucieuses de bien commun, de secours mutuel, d’entraide, d’aide médicale, de pensions pour les anciens, d’allocations aux veuves ; en bref, des caisses communes qui pouvaient, de plus, servir de soutien aux grévistes.

Si l’idée d’associationnisme fit un bond en avant grâce aux Lumières et à la Révolution de 1789, cela ne profita qu’à la bourgeoisie qui se réunissait dans ses clubs et ses cafés. C’est William Godwin, en Grande-Bretagne, qui développera l’expression théorique la plus aboutie de l’associationnisme. Quant à la « plèbe », aux « gens de bras », s’ils s’inspireront des pratiques bourgeoises, il n’en reste pas moins qu’ils s’appuieront sur des traditions populaires anciennes, sur des associations et des sociétés le plus souvent clandestines. C’est en 1790 que les compagnons imprimeurs créent la Société typographique qui accorde assistance à ses membres. Mais, dès 1791, la loi Le Chapelier interdit les associations entre gens de même métier ; puis la loi
napoléonienne de 1810 « impose la dissolution de toute association de plus de vingt personnes non autorisées préalablement par les pouvoirs publics… »

Mais l’idée d’association continuera de se propager de façon discrète au sein des classes populaires tandis que vont émerger des théoriciens comme Saint-Simon, Fourier, Cabet, Proudhon, Déjacque, Leroux dont Julien Vignet décrit les particularités. Pour ces socialistes associationnistes, qualifiés d’« utopistes », il s’agit « moins d’en découdre avec le monde tel qu’il est » que d’essayer, ici et maintenant, de mettre en pratique leurs idées. Mais c’est en
1848, lors des journées révolutionnaires de février, qu’au grand jour « les ouvriers armés réclament le droit de s’associer entre eux pour jouir directement du bénéfice de leur travail ». Différents projets et expériences se mettent en place en rupture avec l’essor du capitalisme ; desseins qui se termineront en juin dans le sang et la répression.

Puis l’associationnisme, selon Julien Vignet, encadré juridiquement, « se diluera » dans l’économie sociale à l’exemple du familistère de Godin ; ainsi, les associations auront « tendance à reproduire des logiques marchandes et bureaucratiques » avec certaines qui, cependant, « de manière cachée », poursuivront leur projet associationniste tandis que « l’État social » s’installera avec la prétention de corriger les inégalités et les injustices. Pour autant, de l’idée associationniste naîtront le socialisme au sens large, le syndicalisme révolutionnaire, la conscience de classe, l’anarchisme, les conseils ouvriers et la conviction « que le peuple est
immédiatement capable de se prendre en charge ».

Julien Vignet, Égoïste point ne seras. Esquisse d’une histoire sociale de l’associationnisme, Noir & Rouge éd., 2019, 146 p.

Publié dans Achaïra, Chronique de lectures d'André, Chroniques de la désobèissance, Messages reçus | Tagué , | Laisser un commentaire

Achaïra n° 210 : Inter’Action : chronique internationale du 1er avril 2019

Inter’Action

Mars 2019

ñ08 Mars (Monde) Journée de Grève générale féministe. Plusieurs manifestations pour la journée internationale des droits des femmes. De Rojava à France et d’Espagne en Argentine, des milliers des femmes sont descendues dans la rue pour manifester pour l’égalité des droits, contre les harcèlements sexuels, le sexisme et la violence que le système capitaliste et patriarcale naît.

En Turquie, des dizaines de rassemblements étaient également prévus à l’occasion de cette journée. Pourtant, les forces de l’ordre ont bloqué la manifestation et ont violemment dispersé la foule de plusieurs milliers de personnes avec des gaz lacrymogènes et des balles en plastique. C’était déjà le cas en novembre dernier lors d’un autre rassemblement féministe le 24 Novembre (voir Achaïra no 206). Pareillement, à Valparaíso (Chili) la manifestation s’est terminée par de graves incidents et des affrontements entre les manifestantes et les carabiniers (forces de police chiliennes). Les incidents ont abouti à l’arrestation de plusieurs personnes.

ñ12 Mars (Islande) Manifestation au centre de Reykjavík (capitale), pour la défense des droits des immigré(e)s et des demandeurs d’Asile, et contre les déportations des réfugié(e)s. Bien que la mobilisation s’est passé dans le calme, les forces d’ordres islandaises ont attaqué la manifestation et ont dispersé la foule avec des gaz lacrymogènes et ont procédé à plusieurs arrestations.

ñ18 Mars (Syrie) Le camarade Lorenzo Orsetti tombe mort à Baghouz (Syrie) en luttant contre les dernières enclaves de ISIS, avec des camarades Kurdes/Arabes de SDF/YPG/YPJ. Lorenzo (ou Tekoşer Piling (nom de guerre)) fut un anarchiste italien, qui était au Rojava depuis un an et demi. Il avait participé à de très nombreuses opérations, dont la Bataille d’Afrin. Il a était membre fondateur du groupe anarchiste Tekoşîna Anarşîst à Rojava. Des nombreux hommages ont été organisés pour sa mémoire dans plusieurs pays (Italie, France, Allemagne, Grèce, États-Unis et autres). A la fin de la rubrique, on met la lettre qu’il a laissée.[i]

ñ24 Mars (Pays basque-Espagne) Près de 60.000 personnes ont manifesté ce dimanche à Altsasu pour exiger la remise en liberté des 8 jeunes basques incarcérés, suite à une bagarre avec des gardes civils espagnols. L’affluence était telle que la ville était encombrée et que la marche a commencé avec retard. La marche s’ouvrait par les parents des jeunes portant une banderole dénonçant l’injustice. De nombreux Catalans avaient aussi fait le déplacement. Ce n’est pas la première fois que des dizaines de milliers de manifestant réclament ces libérations. Accusés de « terrorisme » pour s’être défendus des provocations et des coups portés par deux agents en civil dans un bar de la localité, ils sont détenus depuis deux ans et demi. L’Audiencia Nacional (tribunal spécial de Madrid) les a acquittés de l’accusation de « terrorisme » mais avait décidé de les maintenir en prison en les condamnant à 13 ans d’enfermement.

ñ30 Mars (Italie) Une manifestation massive a eu lieu à Turin le 30 mars. Suite à l’évacuation du squat Asilo le 07 février (voir Achaïra no 209) et après une suite des nombreuses actions de solidarité, des milliers de manifestant(e)s se sont mobilisé(e) s, contre les violences policières et la répression d’état, et en solidarité avec le squat et les 6 personnes arrêtées après l’évacuation. Des camarades d’autres pays (France, Grèce, et autres) ont également participé. Malgré l’ampleur de cette mobilisation, la police a bloqué le cortège, à partir d’un certain point dans la ville.

ñ30 Mars (Palestine) Malgré la pluie forte, des dizaines de milliers de Palestinien(ne)s s’étaient rassemblé(e)s à côté de la barrière frontalière de Gaza, pour le premier anniversaire des « grandes marches du retour » lourdement gardé par les soldats israéliens. Il s’agissait, pour eux, de marquer. L’armée israélienne avait déployé des milliers de soldats et des dizaines de tireurs d’élite, ainsi que des chars d’assaut et de l’artillerie. Encore une fois les soldats israéliens n’ont pas hésité à tirer des balles en caoutchouc et des balles réeles sur les manifestant(e)s, en tuant 4 personnes : Tamer Aby el-Khair (17 ans), Adham Amara (17 ans), Belal al-Najjar (17 ans) et Mohamed Jihad Saad (20 ans). En tout, plus de 300 Palestiniens ont été blessés, dont 23 par des tirs à balles réelles. Les Palestinien(ne)s, réclament leur droit de retourner sur les terres où leurs familles ont été chassé pendant la fondation de l’État israélien à 1948. Ils demandent également l’arrêt de blocus par les États israélien et égyptien.

ñ31 Mars (Italie) Une grande mobilisation des femmes et des gens de la communauté LGBTQI+ a eu lieu à Verona. À l’appel national des camarades de Non Una di Meno (Pas Une de Moins), une énorme contre-manifestation s’est déroulée dans la ville, contre le congrès mondial des familles. Verone, la ville dont le conseil communal s’était récemment prononcé contre l’Interruption Volontaire de Grossesse, en se proclamant « Ville pour la famille », semblait être le cadre parfait à la tenue de ce congrès, un événement réunissant le pire de la droite, homophobe appelé par une association promouvant les « valeurs chrétiennes » de la famille traditionnelle. Pourtant, ce congrès n’a réuni que quelques milliers de personnes entourées par la police, en face de dizaines de milliers de participant(e)s à la manifestation appelé par l’organisation Non Una di Meno.

Publié dans Achaïra, chronique internationale, Messages reçus | Tagué | Laisser un commentaire

Achaïra n° 210 : éphéméride d’avril 2019

Éphéméride actions avril

Le 9 avril 1834, à Lyon, début de l’insurrection des Canuts. Après l’échec des grèves de février puis le vote de la loi contre les associations ouvrières, le jugement des meneurs de février, ce 9 avril, met le feu aux poudres. L’armée occupe la ville et les ponts et tire sur la foule désarmée. Aussitôt, les rues se couvrent de barricades. C’est le début de la « Sanglante semaine ». Du 11 au 15 avril, des combats se déroulent entre les manifestants et l’armée.

Le 15 avril 1834, fin de la « Sanglante semaine ». La deuxième grande insurrection des Canuts (la première ayant eu lieu en novembre 1831) est matée dans le sang. Plusieurs centaines de victimes sont à déplorer. Les insurgés faits prisonniers seront jugés à Paris en avril 1935, et condamnés à la déportation ou à de lourdes peines de prison.

Le 19 avril 1871, extrait de la « Déclaration de la Commune de Paris au Peuple français ». « La révolution communale commencée par l’initiative populaire du 18 mars, inaugure une ère nouvelle de politique expérimentale, positive, scientifique. C’est la fin du vieux monde gouvernemental et clérical, du militarisme, du fonctionnarisme, de l’exploitation, de l’agiotage, des monopoles, des privilèges, auxquels le prolétariat doit son servage, la patrie ses malheurs et ses désastres. (…) Nous, citoyens de Paris, nous avons la mission d’accomplir la révolution moderne, la plus large et la plus féconde de toutes celles qui ont illuminé l’histoire. Nous avons le devoir de lutter et de vaincre! »

Le 17 avril 1905, la ville de Limoges connaît une forte agitation sociale; après la grève des serruriers, puis celle des ouvriers de la chaussure c’est au tour de l’industrie de la porcelaine d’être touchée. Les ouvriers envahissent les fabriques, dressent des barricades dans les rues de la ville et pillent des armureries. Le 17 avril, alors qu’une grande manifestation a lieu sur le champ de foire pour réclamer la libération des manifestants arrêtés les jours précédents, les soldats ouvrent le feu sans sommation. Un jeune ouvrier porcelainier de 20 ans Camille Vardelle est mortellement touché, tandis qu’une douzaine de personnes sont blessés. Ses obsèques, le 19 avril, donneront lieu à une importante manifestation ouvrière. Le lock-out sera finalement levé, mais les anarchistes ayant pris une part très active à l’agitation sociale seront alors la cible de la répression: arrestations arbitraires, licenciements, expulsions de la ville et du département comme ce fut le cas pour Régis Meunier.

Le 22 avril 1906, au Paraguay, les diverses sociétés de résistance ouvrières de la ville dont « La Société de Résistance des Ouvriers Charpentiers et (métiers) Annexes » créent la « Fédération Ouvrière Régionale Paraguayenne »(FORP). Les statuts de la FORP reflètent les positions traditionnelles de l’anarchisme, comme le montre l’article 4 du pacte de solidarité : « Cette fédération, purement économique, est distincte et opposée à tous les partis bourgeois et ouvriers traditionnels parce qu’ils sont organisés pour la conquête du pouvoir politique alors que nous nous organisons pour défendre nos droits et établir la fédération des associations libres et producteurs libres. » L’une des premières mesures de la FORP consiste à organiser la journée d’action du 1er mai et la commémoration des martyrs de Chicago.

Du 15 au 20 avril 1906, à Rio de Janeiro, les organisations ouvrières brésiliennes (dont la grande majorité est influencée par l’anarchisme) réunies en congrès, décident de la création de la C.O.B ( Confédération Ouvrière Brésilienne). Ce syndicat anarcho-syndicaliste mènera des grèves très dures et adhèrera en 1922 à la nouvelle A.I.T (anti-autoritaire).

Le 5 avril 1920, à Decima di Persiceto (près de Bologne), Italie, après un meeting, les carabiniers massacrent 7 ouvriers, dont l’anarchiste Compagnoli, 45 autres seront blessés. La grève générale est déclarée dans toute la province, elle s’étendra jusqu’au 7 avril à de nombreuses autres villes d’Italie.

Le 17 avril 1973, Lip dépose le bilan. Dans les semaines qui suivent, l’usine Lip devient alors le théâtre d’une grève qui va connaître une audience nationale.

Le 25 avril 1974, au Portugal, début de la « Révolution des œillets » et chute de la dictature. Le peuple privé de ses droits les plus élémentaires, et bâillonné depuis près de 50 ans, investit les rues de Lisbonne et de Porto, porté par un élan révolutionnaire qui transforme rapidement les rapports de forces et les mentalités.

15 avril 1989, début du « printemps de Pékin » en Chine. Les manifestations se déroulent entre le 15 avril 1989 et le 4 juin 1989 sur la place Tian’anmen à Pékin. Etudiants, intellectuels et ouvriers dénoncent la corruption et demandent des réformes politiques et démocratiques. La contestation s’étend à la plupart des grandes villes et aboutit à Pékin à une série de grandes manifestations et de grèves de la faim organisées sur la place Tian’anmen. Le gouvernement chinois instaure la loi martiale le 20 mai 1989 et fait intervenir l’armée le 4 juin 1989.

Le 10 avril 2006, fin du mouvement des étudiants et lycéens (débuté en février) contre la loi instaurant en France le contrat première embauche (CPE) adoptée par le Parlement le 31 mars 2006. De février, à avril 2006, un important mouvement étudiant et lycéen se propage dans toute la France. Certains étudiants affirment leur volonté de mettre fin à l’économie de marché, de changer le système politique, et ont défendu des projets de société de type communiste ou anarchiste. Des mots d’ordre autogestionnaires sont parfois mis en avant. Le 1er ministre de l’époque, Dominique de Villepin annonce finalement que « les conditions ne sont pas réunies » pour que le CPE s’applique. La majorité des Assemblées générales votent alors la fin du mouvement.

Avril 2016, en France la contestation contre la loi « travail » se poursuit. À la suite des différentes manifestations (cinq dates en mars dans toutes les grandes agglomérations), le mouvement « Nuit debout » occupe la place de la République à Paris. Le mouvement commence à s’étendre à d’autres grandes villes françaises. Le 15 avril 2016, dans un article en ligne du journal Libération, le journaliste Sylvain Moreau fait le rapprochement avec le mouvement des Indignés ainsi qu’Occupy Wall Street. Christophe Bourseiller parle du retour du mouvement anarchiste dans un article en ligne de journal Le Point. Malgré cette mobilisation qui se poursuivra jusqu’en fin 2016, la loi sera appliquée à compter du 1er janvier 2017.

Le 11 avril 2017, une manifestation est organisée par plusieurs syndicats (CGT, Unef, Solidaires, FSU) devant le tribunal correctionnel du Havre pour soutenir deux étudiants contrôlés et placés en garde à vue alors qu’ils se rendaient à un rassemblement de Nuit Debout le 9 juin 2016, et poursuivis pour « participation à un groupement en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destruction de biens » et « refus de se soumettre aux relevés signalétiques (empreintes et photographies) ». La manifestation de soutien du 11 avril réunit une centaine de personnes. Le juge reconnaît qu’il n’y avait aucun motif valable aux interpellations et à la procédure judiciaire. Par conséquent, il prononce la relaxe des deux anciens étudiants. Le rassemblement devant le tribunal prend fin après un discours de l’avocat des prévenus devant les manifestants.

Publié dans Achaïra, éphéméride, Messages reçus | Tagué | Laisser un commentaire

Appel à un rassemblement de soutien à Geneviève Legay, porte-parole d’Attac 06

Attac 33 appelle les organisations politiques, syndicales et associatives à s’unir contre la répression dont Geneviève Legay d’Attac 06 à été victime. Nous vous invitons à joindre votre voix à cet appel et à le relayer auprès de vos militants et militantes pour que nous fassions nombre à ce rassemblement, ce mardi 26 mars à 18h devant le Palais de Justice à Bordeaux !

Amitiés militantes,

Attac 33

Rassemblement de soutien à Geneviève Legay, porte-parole d’Attac 06

Attac 33 appelle à un rassemblement de soutien à Geneviève Legay, 73 ans, porte-parole d’Attac 06 et militante infatigable pour la paix, qui a été grièvement blessée par une charge policière, lors de l’acte 19 des Gilets Jaunes ce samedi 23 mars à Nice.

▬▬ Rassemblement mardi 26 à 18h devant le Palais de Justice à Bordeaux ▬▬
Retrouvez l’appel à rassemblement en ligne :
https://gironde.demosphere.net/rv/9756
https://www.facebook.com/events/497791940753529/

Samedi vers 11h, les CRS ont procédé à une violente charge au cours de laquelle Geneviève est tombée au sol, sa tête heurtant un poteau métallique. De multiples images montrent Geneviève, gilet jaune sur le dos et drapeau arc-en-ciel « Paix » dans les mains, avec une attitude totalement non violente, scander « Liberté de manifester » peu avant la charge policière.

Alors que les précédentes mobilisations des Gilets Jaunes à Nice n’avaient pas entraîné de dégradations, Christian Estrosi, maire de la ville, avait demandé et obtenu une interdiction de manifester dans une grande partie de la ville.
L’interdiction par le préfet des manifestations et rassemblements dans une grande partie de Nice est illégitime et ne peut justifier d’utiliser la force contre des citoyenˑneˑs qui se rassemblent pacifiquement pour exprimer leurs opinions.

Attac 33 apporte tout son soutien à Geneviève et à ses proches, et appelle à se rassembler mardi 26 mars à 18h devant le Palais de Justice à Bordeaux.

Attac exige que toute la lumière soit faite et que les responsabilités de ces actes de violence à l’encontre de Geneviève Legay soient clairement établies.

Attac condamne la répression des rassemblements pacifiques qui ont eu lieu ce samedi et s’indigne de la grave restriction des libertés publiques actuellement en cours en France. Ce n’est pas par la répression et les violences policières qu’Emmanuel Macron répondra à la légitime demande de justice sociale qui s’exprime partout dans le pays.

La liste des militant·e·s gardé·e·s à vue, perquisitionné·e·s, intimidé·e·s pour avoir dénoncé l’inaction sociale et climatique du gouvernement s’allonge très dangereusement.
◆ A Bordeaux, le 16 mars dernier, 6 militant·e·s d’Attac et ANV COP21 ont été mis 23h en garde à vue pour avoir dénoncé les investissements climaticides de la Caisse des dépôts et consignation.
◆ Depuis le 21 février, 21 personnes ont été placées en garde à vue, 12 perquisitions ont eu lieu et 10 personnes sont en attente de procès suite aux réquisitions des portraits d’Emmanuel Macron organisées par ANV COP21 pour symboliser l’absence de mesures ambitieuses pour la justice sociale et climatique du gouvernement français.
◆ Depuis le début du mouvement des gilets jaunes en France, le 17 novembre 2018, plus de 8 700 personnes ont été placées en garde à vue, pour beaucoup sans motif réel, et de nombreux manifestants et manifestantes ont été gravement blessé·e·s suite à l’usage d’armes dites non létales.

Nous dénonçons la répression policière des mouvements sociaux, qui met en péril la vie des manifestant·e·s, et qui continue de s’exercer au quotidien dans les quartiers populaires.
Nous dénonçons l’utilisation de la garde à vue, des perquisitions et des systèmes policier et judiciaire pour intimider et faire taire les lanceurs et lanceuses d’alerte.

Attac 33

Les autres rassemblements sont indiqués sur le site d’Attac France : https://france.attac.org/actus-et-medias/le-flux/article/en-direct-soutien-a-genevieve-legay-partout-en-france#Liste-des-rassemblements

Publié dans Actualités, Manifestations, Messages reçus | Laisser un commentaire

atheneeinfos Rencontre autour de l’autobiographie d’Assata Shakur (vendredi 29 Mars ), militante politique et membre de la Black Liberation army.

Vendredi 29 Mars // Athénée Libertaire // 19h30

« Assata une autobiographie » (éd. Premiers Matins de Novembre, 2018)
présenté par le collectif Cases Rebelles qui a traduit pour la première
fois en français l’ouvrage.

Assata Shakur, membre de la Black Liberation army, devenu première femme
à intégrer la liste des dix terroristes recherchés par le FBI, a vu son
histoire devenir emblématique des relations socio-raciales et de la
férocité policière de Etats-Unis. Cette autographie intime et politique
raconte avec force sa vie d’activisme ainsi que les réussites et les
échecs des groupes révolutionnaires.

https://www.youtube.com/watch?v=_0mzxpVbZ8k

L’autobiographie d’Assata Shakur est construite d’une manière qui nous
pousse à apprendre, embrasser, accueillir les multiples leçons et
questions qu’elle porte.

Elle nous emmène au-delà de la dimension spectaculaire de l’existence
d’Assata pour accueillir des réflexions puissantes et fertiles sur des
questions fondamentales comme l’éducation, l’amour de soi et des
sien.nes dans la communauté noire, l’autodéfense, la transmission,
l’engagement révolutionnaire, la prison, etc. Alors que des approches
superficielles et biaisées de ces histoires noires américaines nous
figent dans l’exaltation des icônes, le collectif Cases Rebelles propose
une lecture qui pousse à la lutte et qui expulse ces héritages des zones
de conforts où trop souvent on les cantonne en temps normal.

Collectif Cases Rebelles : http://www.cases-rebelles.org/

Orga : Librairie du Muguet.
7 rue du Muguet Bordeaux

Publié dans Messages reçus | Laisser un commentaire

Comité Palestine 33Rassemblement Samedi 30 Mars à Mériadeck

Chères Amies et Chers Amis de la Palestine,

Le Samedi 30 Mars à l’entrée du centre commercial Mériadeck de Bordeaux, le Comité Palestine 33 vous invite à un rassemblement à 15h pour exiger de la France qu’elle agisse pour la levée du blocus imposé depuis 13 ans à 2 millions de personnes à Gaza.

Cette date commémore la journée de la Terre et le premier anniversaire du début des grandes marches du retour, exigeant le droit au retour des réfugiés palestiniens à leur maison, et qui ont fait plus de 250 morts et des milliers de blessés.

Le Peuple Palestinien qui manifestera en masse ce jour là, appelle le monde entier à se rassembler pour demander la fin de l’impunité d’Israël et l’application de ses droits inaliénables.

A diffuser largement!

Tract30mars2019_V4P33.pdf

Publié dans Messages reçus | Laisser un commentaire