Motion sociale 2018 – 77ème congrès de la Fédération anarchiste

Vous trouverez, ci-jointe, la motion sociale du 77ème congrès de la Fédération Anarchiste, que le groupe La Révolte a maquetté pour être utilisée comme tract, ou comme bon vous semble.

Salutations libertaire,
___
Bats
Groupe La Révolte

 

Motion sociale congrès 2018.pdf

Publicités
Publié dans Messages reçus

Cycle Anarchie – Université Populaire de Bordeaux et Collectif Libertaire de Gironde : Programme de Juin 2018

Ci-dessous le programme du cycle sur l’Anarchie réalisé, sur un projet de l’Université Populaire de Bordeaux (UPB : http://www.upbordeaux.fr/Cycle-Anarchie), conjointement entre l’UPB et le Collectif libertaire de Gironde (qui regroupe sur la Gironde : la CNT-AIT, la CNT, le Groupe Anarchiste de Bordeaux, le collectif anarcha-féministe Ovaires-et-Contre-Tout, la librairie du Muguet et le Cercle libertaire Jean-Barrué – https://cerclelibertairejb33.wordpress.com).

Voici la partie concernant fin mai et juin 2018, le reste du programme pour 2018 suivra. Soyez bienvenues à ces rencontres.

anar amicalement,

Philaud
Cercle libertaire Jean-Barrué (33)
https://cerclelibertairejb33.wordpress.com

Le Collectif Libertaire de Gironde et l’Université Populaire de Bordeaux

présentent le cycle

– ANARCHIE-

SAMEDI 26 MAI – LA ZONE DU DEHORS – 68 Cours Victor Hugo

Université Populaire de Bordeaux

11h Arpentage Discours de la servitude volontaire, Étienne DE LA BOÉTIE sur réservation helene.random

La Boétie, écrivain Girondin, rédige un réquisitoire contre la monarchie en 1547 (alors qu’il n’a que 18 ans), recherchant une explication à l’étonnant et tragique succès que connaissent les tyrannies de son époque.

La puissance subversive de la thèse développée ne s’est jamais démentie, elle résonne encore aujourd’hui dans la réflexion libertaire sur le principe d’autorité.

MERCREDI 30 MAI 2018 – Athénée Municipal AMPHITHÉÂTRE SAINT CHRISTOLY

Collectif Libertaire de Gironde / Université Populaire de Bordeaux

19 h 30 – Projection « Elisée Reclus, la passion du monde » de Nicolas Eprendre (52min)

« La Passion du Monde » anime le parcours et l’œuvre de Elisée Reclus, géographe et anarchiste français (1830-1905). Le film de Nicolas Eprendre fait le portrait d’une personnalité peu banale, tout à la fois grand voyageur, scientifique reconnu et homme de conviction.

En première partie :

« Alexandra David-Néel, engagements de Jeunesse » de Nicolas Eprendre (17min)

L’écrivaine-exploratrice refuse le destin des femmes de son époque et se tourne vers l’anarchisme qui lui parle de liberté, d’émancipation, d’union ou d’amour libre, et l’ouvre à la découverte de civilisations lointaines. L’influence d’Elisée Reclus sera décisive.

Projections suivies d’une rencontre avec le réalisateur Nicolas Eprendre

VENDREDI 8 JUIN 2018 – ATHÉNÉE LIBERTAIRE

Collectif Libertaire de Gironde / Université Populaire de Bordeaux

19 h 30 – Rencontre débat avec Gaetano Manfredonia : « L’Anarchisme aujourd’hui. »

Historien du mouvement ouvrier et libertaire, il est l’auteur de : Histoire mondiale de l’anarchie, éd. Textuel & Arte 2014 ; Anarchisme et changement social, ACL 2007, ; L’anarchisme en Europe, P.U.F. collec Que sais-je 2001 ; La chanson anarchiste en France des origines à 1914 : « Dansons la Ravachole !» L’Harmattan 1997

LE CYCLE SE POURSUIVRA EN SEPTEMBRE…

14 SEPTEMBRE 2018 – CINEMA UTOPIA

Projection de « Ni dieu ni maître, une histoire de l’anarchisme » documentaire de Tancrède Ramonet.

(Volets 1 et 2)

15 SEPTEMBRE 2018 – ATHENEE LIBERTAIRE

Rencontre avec Tancrède Ramonet autour de son travail sur le troisième volet de «Ni dieu ni maître».

Suivront encore, d’autres conférences, débats, projections, tables rondes, arpentages, show, etc.

PROGRAMME-UPB-CLG-1.doc

Publié dans Messages reçus

Achaïra n°202 l’émission radio du lundi 7 mai 2018

Le Cercle libertaire Jean-Barrué vous présente l’émission Achaïra n° 202 du lundi 7 mai 2018

Salut à toi camarade. Salut à toi fidèle auditeur, fidèle auditrice d’Achaïra. Bienvenu sur « La Clé des ondes » la radio associative bordelaise qui se mouille pour qu’il fasse beau.

Saches que tu peux d’ores et déjà réécouter Achaïra sur le podcast de l’émission en cliquant ici.

Sommaire de l’émission Achaïra n° 202 du lundi 7 mai 2018

0h00 – générique raccourci– (sur fond musical Fela) – Esméralda, Bruno et Philaud

0h03 – sommaire de l’émission – Philaud

Salut vous êtes bien sur Achaïra et c’est la 202ème édition aujourd’hui. Nous sommes ensemble, avec Esméralda, Progrès, Thierry et Philaud aux manettes de l’émission. Pour cette édition, nous n’aurons pas d’invité en direct mais nous vous proposons l’entretien que nous avons eu avec Charles Reeve. Cet entretien en 3 parties suivra la chronique d’André sur l’essai de Charles Reeve sur l’auto-organisation et la démocratie directe dans les luttes, de 1789 à nos jours, intitulé : « Le Socialisme sauvage ». Puis, nous vous proposerons deux débats d’actualité avec 3 questions aux facteurs de Gironde en grève et ensuite 3 questions aux comités de soutien à Pinar Selek, rassemblés à Bordeaux le 2 mai devant le consulat de Turquie pour demander l’acquittement définitif de Pinar Selek. Il sera alors temps de vous proposer quelques rendez-vous avec l’agenda militant, après l’éphéméride du mois, et de vous présenter le cycle sur l’anarchisme proposé par l’Université Populaire de Bordeaux au Collectif libertaire de Gironde. Cycle qui vient de s’ouvrir le 3 mai, se déroulera jusqu’au 8 juin et reprendra le 14 septembre avec la venue de Tancrède Ramonet et son film « Ni dieu ni maître, une histoire de l’anarchisme ».

0h05 – éditorial– Philaud – – 5 min

0h10 Virgule sonore (jingle chronique désobéissance)

0h10– La chronique de la désobéissance – 8 mn par André [enregistrement]

Le socialisme sauvage, essai sur l’auto-organisation et la démocratie directe dans les luttes de 1789 à nos jours (l’Échappée éditeur, 2018, 320 p.

0h18 – Virgule sonore (jingle l’invité)

0h18 – Entretien avec Charles Reeve – partie 1 – 15 min (l’enregistrement)

Charles Reeve en quelques mots et quelques livres :

Né à Lisbonne en 1945, Charles Reeve vit à Paris depuis sa désertion de l’armée coloniale portugaise en 1967. Il est l’auteur de plusieurs essais et ouvrages historiques et collabore à de nombreux titres de presse, dont la presse libertaire.

Issu du communisme de conseils, il s’inscrit dans des mouvements de pensée anti-autoritaire.

Citons quelques ouvrages : « Le tigre de papier, sur le développement du capitalisme en Chine, 1947-1971 » (Spartacus 1972) ; « La mémoire et le feu. Portugal, l’envers du décor de l’Euroland » (l’insomniaque 2006) ; « China blues » (avec Hsi Hsuan-wou (Verticales/Gallimard, 2008). Sans oublier le livre écrit avec Raul Ruano Bellido aux éditions L’Insomniaque 2011 : « Le suspect de l’hôtel Falcon, itinéraire d’un révolutionnaire espagnol » qui retrace le parcours de Francisco Gomez Palomo, alias Paco, engagé dans le Poum de l’Espagne de 1936 et qui connut, aux côtés des anarchistes, la répression stalinienne avant d’être jeté dans l’exil en France.

Nous avons rencontré le mois dernier Charles Reeve, qui signe, de son nom d’état civil Jorge Valadas ses ouvrages concernant directement le Portugal, et lui avons proposé de présenter son dernier livre pour cette émission radio.

En premier lieu, une question pour éclairer le titre : « Le socialisme sauvage, essai sur l’auto-organisation et la démocratie directe dans les luttes de 1789 à nos jours » (interview enregistrée)

0h30 Illustration musicale n°1 – 2 min 56 « Al la barikadoj » par JoMo kay Liberekanoj, JM et les Libertaires, trio ayant enregistré à Toulouse. Ici, hommage aux anarchistes espagnols de 1936 : c’est rock & roll et en espéranto, avec certains couplets en espagnol et d’autres en français. Un CD proposé par nos amis espérantistes réunis à Cenon ces 4 derniers jours et invités le 3 mai à l’Athénée libertaire par le Collectif Libertaire de Gironde et l’UPB.

Vous écoutez Achaïra, émission de pollinisation libertaire, sur la Clé des Ondes, 90.1 Mhz

Vous pouvez nous appeler pour un message ou une question sur le 05 56 50 69 99

0h34 Virgule sonore (jingle l’invité)

0h34 – Entretien avec Charles Reeve – partie 2 – 15 min

L’auto-organisation, un fil rouge et noir pour cet ouvrage (interview enregistrée)

0h50 – Illustration musicale n°2 – 2 min 36 – « Mahnovscino » par JoMo kay Liberekanoj–Maintenant, hommage aux anarchistes ukrainiens : c’est toujours rock & roll et en espéranto intégralement !

Vous écoutez Achaïra, émission de pollinisation libertaire, sur la Clé des Ondes, 90.1 Mhz

0h53 Virgule sonore (jingle l’invité)

0h53 – Entretien avec Charles Reeve – partie 3 – 15 min

La révolution des œillets au Portugal

En conclusion : mouvements révolutionnaires et différents contextes (interview enregistrée 3a et 3b)

 

1h10 Illustration musicale n°3 – 4 min – « The Blues Went To Africa » par Mighty Mo Rodgers et Baba Sissoko dans « Griot Blues »

Vous écoutez Achaïra, émission de pollinisation libertaire, sur la Clé des Ondes, 90.1 Mhz

1h15- Virgule sonore (jingle le débat d’actu)

1h15 – Trois questions aux facteurs de Gironde en lutte (enregistrement) – 19 min

1h35 Virgule sonore (jingle le débat d’actu)

1h35 – Trois questions aux comités de soutien du Sud-Ouest à Pinar Selek (enregistrement collectifs et enregistrement Jipé) – 9 min

1h44 Virgule sonore (jingle éphéméride)

1h44 – L’éphéméride anarchiste – 10 min

Le mai 68 de Thierry

1h54Virgule sonore (jingle agenda)

1h54 – Agenda militant (sur fond musical Ska reggae hip hop de Skatalites) 14 min

Solidarité Groupe Rouvikonas (voir Achaïra n°201 et le film de Yannis Youlountas « L’Amour et la Révolution »)

Commentaires sur la publication des souvenirs d’un anarchiste en Mai 1968 à Bordeaux dans le Mag de Sud-Ouest du 5 mai 2018, avec René Damarin

Le cycle sur l’anarchisme organisé par l’Université Populaire de Bordeaux et le Collectif Libertaire de Gironde

Les manifestations du mois de mai 2018 : 4 rendez-vous

Les spectacles et conférences-débat de mai : 11 rendez-vous

2h08 – On se dit au revoir. (Sur fond musical Soul jazz orchestra-insurrection)

L’émission touche à sa fin, c’était la 202ème d’Achaïra. L’animation a été assurée par Esméralda, Progrès, Thierry et Philaud. Et un très grand merci à Charles Reeve, à Anita, André et Vassilis pour leur participation à la conception de cette émission. Un salut aussi à Docteur G., Germain, que nous n’oublions pas et dont nous apprécions qu’il nous donne de temps à autres des nouvelles de ses expériences de vie en Dordogne.

A bientôt dans les mobilisations, les luttes, la vie-quoi !

Vous pouvez retrouver l’émission soit en redif le vendredi qui succède le direct et cela à midi, ou en podcast sur le www.lacdo.org dans la rubrique « Programme » puis cliquez sur « Achaïra », ainsi que sur le site du cercle en plus le programme sera détaillé et vous aurez les liens sur les chroniques écrites.

La prochaine d’Achaïra ce sera probablement le Lundi 4 juin 2018 à 20h10 toujours sur la clé des ondes 90.10 et ce sera la 203ème.

Alors d’ici là portez vos luttes avec conviction et détermination.

2h10 – Fin de l’émission

2h10 Illustration musicale n°4 – 16 min – sons de mai 1968

dans Achaïra, émission de pollinisation libertaire, sur la Clé des Ondes, 90.1 Mhz

 

Publié dans Achaïra, Sommaire | Tagué , , ,

Achaïra n° 202 : Chronique de la désobéissance : Le socialisme sauvage

Le socialisme sauvage

De quoi s’agit-il ? De revisiter théories et pratiques de la représentation ouvrière au travers des principaux événements révolutionnaires vécus de par le monde ; événements qui vont de la Révolution française de 1789 jusqu’aux actions des zadistes, tout en passant par les révolutions russe et allemande, le Chiapas, etc.

Pratiques dénommées « sauvages », car en dehors du système électoraliste politicien qui accorde, en confiance, un mandat en blanc.

Il s’agit, de notre côté, de donner toute sa valeur à la notion de « mandat impératif ».

Les multiples références marxistes, libertaires, conseillistes, etc. témoignent de la large ouverture d’esprit de l’auteur : Charles Reeve.

La Grande Révolution française n’a été qu’une révolution installant la bourgeoisie au pouvoir. Elle eut cependant le mérite de poser le problème de la souveraineté populaire et de l’égalité des citoyens. Elle eut le travers d’avoir aussitôt corrigé ce premier mouvement par le système parlementaire représentatif qui voilait inégalité sociale et réalité du pouvoir économique ; le peuple ne pouvait que déléguer.

La Commune de Paris de 1871 en appelle, elle, à une « démocratie pure », c.-à-d. à des mandataires contrôlables et révocables à tous moments. La Commune sera le début d’une ère nouvelle marquée par une administration gérée par la classe ouvrière : l’évolution du capitalisme avait aiguisé le conflit des producteurs contre les bourgeois.

Au début du XXe siècle, des grèves générales furent la réaction naturelle du mécontentement ouvrier face au développement du capitalisme ; grèves qui surprirent les dirigeants autoritaires de la social-démocratie qui se pensaient les dépositaires de la conscience de classe. Ces grandes grèves, animées par un esprit syndicaliste révolutionnaire, éclatèrent spontanément dans plusieurs pays européens. Les prolétaires, mandatant comités et conseils, montraient par là qu’ils délaissaient leur attitude d’obéissance envers les organisations politiques et syndicales.

Les révolutions de 1905 et de 1917 en Russie mirent également en avant l’idée de conseil (ou de soviet). C’est l’effacement des institutions étatiques, provoqué par les événements, qui obligea les soviets à prendre leur place au niveau de l’ensemble de la collectivité sociale. D’organes de combat qu’ils étaient, ils ne purent se transformer en organes d’autogestion de la société, réduits rapidement en tutelle par le prétendu État prolétarien.

D’une révolte contre la guerre naquirent la révolution russe et également la révolution allemande de 1918-1921 ; cette dernière vit se constituer en grand nombre des conseils de soldats et d’ouvriers. Pour parer le danger révolutionnaire, l’État impérial appela au pouvoir la social-démocratie qui s’intégra naturellement à l’institution étatique. La révolution viendrait plus tard, une fois pleinement développées les forces productives. Ce fut une autre guerre qui vint ; après le massacre des forces révolutionnaires par le social-démocrate Noske.

L’idée des conseils comme « base d’un système d’auto-gouvernement et de socialisation de l’économie » agita les révolutionnaires allemands – et quelques autres –, et fut essentiellement développée par Anton Pannekoek.

Charles Reeve montre une grande lucidité quand il avance que « penser une transformation radicale du monde est, en soi, un défi pour l’esprit. Mais la penser en ignorant, ou en écartant, les tâches de reconstruction sociale, voilà qui double le défi ».

Si les révolutions russe et allemande naquirent d’une révolte contre la guerre, la révolution espagnole de 1936, pour sa part, fut dévorée par la guerre civile ; révolution préparée de longue date, révolution inachevée mais qui, sans aucun doute, alla plus loin que les précédentes dans ses réalisations sociales globalement nommées « collectivités ». Mais, là comme ailleurs, l’intégration institutionnelle se révéla fatale.

Quelques années après la fin de la guerre d’Algérie, la France de mai 1968 semblait s’être figée dans le gaullisme, tandis que le monde ouvrier, amorphe, vivait sous la domination du Parti communiste. Et puis, soudain, l’édifice se craquela, dix millions de travailleurs dirent leur ras-le bol et se mirent en grève. Et, d’un seul coup, tout sembla possible… Spontanément se mirent à éclore et à se développer des organes de représentation directe des travailleurs : comités de base, comités de grève, assemblées, comités d’action, etc.

Maintenant, après l’échec du communisme d’État, la social-démocratie a, de son côté, rejoint le capitalisme néolibéral ; un rideau de fer est tombé devant notre avenir.

Contre la paralysie politique des esprits, en 1994, le Chiapas et ses habitants ont su ouvrir un nouvel espace social en agissant, à la base, de la manière la plus démocratique et égalitaire possible, « commander en obéissant » ; et ils disent vouloir « changer le monde sans prendre le pouvoir ». L’idée a essaimé internationalement avec des mouvements comme Occupy, Nuit debout, les « indignés », les printemps arabes, les ZAD, etc.

Sont-ils une nouvelle forme de la lutte des classes, la progression du capitalisme ayant quasiment tétanisé ou pulvérisé ces dernières ?

Je vous donnais quelques éléments du livre très dense de Charles Reeve :

Le Socialisme sauvage, essai sur l’auto-organisation

et la démocratie directe dans les luttes de 1789 à nos jours

L’Échappée éditeur, 2018, 320 p.

–▬–▬–▬–

Publié dans Achaïra, Chronique de lectures d'André, Chroniques de la désobèissance | Tagué ,

Achaïra n° 202 : notre agenda militant – mai 2018

Agenda militant, social et culturel – Achaïra n° 202 du lundi 7 mai 2018

#AntiRep SOLIDARITÉ SANS FRONTIÈRES AVEC GIORGOS ET ANDRÉAS DU GROUPE ROUVIKONAS

Auteur: Yannis Youlountas – Publié 2018-05-03 21:17 – (50 Lectures)

APPEL À DONS : https://www.lepotcommun.fr/pot/mjj83sy2
POURSUIVIS POUR UNE ACTION DE SOUTIEN AU PRINTEMPS DE LUTTES EN FRANCE LE 22 AVRIL DEVANT L’AMBASSADE ET LE CONSULAT DE FRANCE À ATHÈNES

Les autorités grecque et française sont décidées à punir sévèrement nos camarades d’Exarcheia parce qu’elles redoutent au plus haut point les convergences de lutte, surtout au niveau international.

En effet, les signes de soutien mutuels se multiplient entre les régions d’Europe et du monde en lutte : ZAD NDDL, Kastelli, Rojava, Chiapas, Exarcheia, facs et usines occupées…

Le 22 avril, c’est dans cet esprit fraternel que des membres du groupe Rouvikonas ont mené une action en plein jour devant l’ambassade et le consulat de France à Athènes.

Ils ont notamment aspergé de peinture rouge les façades sur toute leur longueur pour protester contre la répression subie par les grévistes en France, les zadistes, les étudiants, les migrants, les solidaires, les précaires, les retraités, ainsi que pour protester contre les bombardements en Syrie.

Nos camarades de Rouvikonas sont déjà écrasés par d’importants frais de justice pour de nombreuses actions passées (destruction du fichier des surendettés et du bureau de privatisation du bien commun, blocage de négociations avec la Troïka, intrusion au Parlement…), c’est pourquoi nous appelons tous nos compagnons de lutte en France à exprimer leur solidarité en retour en participant nombreux, même modestement, à ce pot commun pour les aider dans leurs frais de justice.

Si la somme recueillie est supérieure aux besoins de ce procès, la différence permettra à Rouvikonas de faire face à ses nombreuses autres procédures en cours.

Merci pour eux.

LA SOLIDARITÉ EST NOTRE ARME !

LA LUTTE POUR LA JUSTICE, L’ÉGALITÉ ET L’ÉMANCIPATION SOCIALE N’A PAS DE FRONTIÈRES !

Collectif de soutien à Rouvikonas

A toutes celles et ceux qui nous soutiennent Voici notre Appel :

Malgré le silence et les mensonges des médias et de l’état, nous sommes sous la violence, les contrôles et la terreur des forces militaires.

Plus que jamais nous avons besoin d’aide, de soutien et de renfort.

Pour qui ? Et pourquoi ?

Pour ne pas lâcher cette zone désormais symbole d’espoir et de liberté pour le reste du monde.

Le Collectif Libertaire Girondin               et l’Université Populaire de Bordeaux

présentent le cycle

– ANARCHIE-

JEUDI 3 MAI 2018 – ATHÉNÉE LIBERTAIRE – 7 rue du Muguet, Bordeaux

18h – Film documentaire de Dominique Gautier « Esperanto »

20h30 – Gloria Gargallo présente Aymare, un livre d’Olivier Hiard.

26 MAI – LA ZONE DU DEHORS – 68 Cours Victor Hugo

 Université Populaire de Bordeaux

  • 11h Arpentage Discours de la servitude volontaire, Étienne DE LA BOÉTIE sur réservation helene.random@gmail.com

La Boétie, écrivain Girondin, rédige un réquisitoire contre la monarchie en 1547 (alors qu’il n’a que 18 ans), recherchant une explication à l’étonnant et tragique succès que connaissent les tyrannies de son époque.

La puissance subversive de la thèse développée ne s’est jamais démentie, elle résonne encore aujourd’hui dans la réflexion libertaire sur le principe d’autorité.

 30 MAI 2018  – AMPHITHÉÂTRE SAINT CHRISTOLY

Collectif Libertaire Girondin / Université Populaire de Bordeaux

19 h 30 – Projection « Elisée Reclus, la passion du monde » de Nicolas Eprendre.

« La Passion du Monde » anime le parcours et l’œuvre de Elisée Reclus, géographe et anarchiste français (1830-1905). Le film de Nicolas Eprendre fait le portrait d’une personnalité peu banale, tout à la fois grand voyageur, scientifique reconnu et homme de conviction.

 8 JUIN 2018  –  ATHÉNÉE LIBERTAIRE

Collectif Libertaire Grirondin / Université Populaire de Bordeaux

19 h 30 – Rencontre débat avec Gaetano Manfredonia : « L’Anarchisme aujourd’hui. »

 

LE CYCLE SE POURSUIVRA EN SEPTEMBRE…

14 SEPTEMBRE 2018 – CINEMA UTOPIA

Projection de « Ni dieu ni maître » Documentaire de Tancrède Ramonet.

15 SEPTEMBRE 2018 – ATHENEE LIBERTAIRE

Rencontre avec Tancréde Ramonet autour de son travail sur le troisième volet de sa trilogie «Ni dieu ni maître».

Suivront encore, d’autres conférences, débats, projections, tables rondes, arpentages, show, etc.

Informations à suivre sur les différents réseaux.

 

• I) Le temps des manifestations

• Mardi 15 mai 2018, à Paris,

Marée blanche, mobilisation de la santé

• Mardi 15 mai 2018, à 18h,

Journée de la Terre, 70 ans de Nakba, solidarité Gaza

Place de la Victoire

Organisée par le collectif pour une paix juste et durable entre palestiniens et israéliens et d’autres organisations

• Mardi 22 mai 2018, à 14h00,

Mobilisation pour la Fonction publique, les services publics, public/privé

Place de la République

Avec un pré-rassemblement « de lutte » vers 13h place de la Victoire

• Samedi 26 mai 2018,

Grève et Manif contre la politique anti-sociale de Macron

Initiative lancée par ATTAC et Fondation Copernic

• II) Le temps des débats et du spectacle

• Jeudi 3 mai 2018, à 18h00,

Débat : « L’exil dans la création artistique »

Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine – 1 rue Jacques Ellul 33080 Bordeaux

Organisé par Rue89 Bordeaux et Bienvenue-Mobilisation pour les réfugiés

• Vendredi 4 mai 2018, à 18h00,

Cinquante ans après l’assassinat de Martin Luther King

Promenade Martin Luther King devant ma Maison Ecocitoyenne

Discours, lectures d’élève, musique et chorégraphie

Mémoires et Partages

• Lundi 14 mai 2018, à 13h,

Arpentage ironique de droite

Nous déchirerons un livre d’Alain Finkielkraut, lirons chacun·e une partie dont le nombre de pages sera au choix de chacun·e, et partagerons nos soupirs et autres rages cordiales autour de boissons chaudes. Il est tout à fait possible d’arriver en cours de journée : on en garde pour tout le monde !

Au Samovar 18 rue Camille Sauvageau Bordeaux

• Mardi 15 mai 2018, à 19h,

Assemblée générale de lutte

Athénée Municipale

Organisée par l’intersyndicale de lutte

• Mercredi 16 mai 2018, de 18h00 à 21h00,

Murs, frontières : conférence participative et spectacle

Salle Municipale Saint Augustin – 18 place de l’Eglise Saint-Augustin à Bordeaux

Organisé par Université Populaire de Bordeaux et SOFOR – Sud Ouest Formation Recherche

Où sont les frontières aujourd’hui ? Sont-elles seulement palpables, matérielles ? Quels sont nos murs ?

Comment détruire des murs qui sont invisibles ?

QUI : SOFOR – Sud Ouest Formation Recherche, organisme de formation et de recherche spécialisé dans la psychiatrie, le médico-social et l’action sociale.

L’Université Populaire de Bordeaux, association d’éducation populaire, animera la soirée pour favoriser les échanges et les débats.

AIME en scène, groupe de théâtre de l’association AIME – Association pour l’Insertion des Migrant.e.s et Exilé.e.s.

QUOI : Une soirée sur le thème « Murs, frontières » : des échanges, des rencontres, du débat, un spectacle…

Cette soirée sera l’occasion, via un dispositif d’éducation populaire, de lancer un projet de recherche-action ouvert à tous, et qui proposera au cours des prochaines années, plusieurs temps de rencontres mêlant recherches scientifiques, expériences ludiques et créations artistiques.

L’association AIME présentera en fin de soirée des textes écrits par les migrants du groupe théâtre, sur leur vie en France.

Un buffet sera proposé durant la soirée.

QUAND : Mercredi 16 mai de 18h à 21h

OÙ : Salle Municipale Saint Augustin – 18 place de l’Église Saint-Augustin à Bordeaux

GRATUIT – SANS INSCRIPTION

Pour plus d’infos contactez SOFOR : 05 56 91 39 58 – sofor@club-internet.fr

• Jeudi 17 mai 2018, de 18h30 à 20h30,

Conférence débat : éthique, bioéthique et IA

Conférence débat LDH Aquitaine / ERE Nouvelle-Aquitaine en présence d’Axel KAHN.

Région Nouvelle-Aquitaine – 14 Rue François de Sourdis, 33000 Bordeaux

Organisé par Ligue des Droits de l’Homme Bordeaux-Gironde

• Jeudi 17 mai 2018 de 19h00 à 22h00

Journée internationale contre la LGBTphobie

« Around Rooms of LGBT+ » From « My Room Project”

Le Girofard Bordeaux – 34 rue Bouquière, 33000 Bordeaux

A l’occasion du 17 Mai, Journée de lutte contre l’homophobie et la transphobie, le Girofard accueille dans ses murs à 19h00 le photographe franco sud-africain John Thackwray auteur de l’exposition My Room Project. Depuis 2010 il photographie à travers le monde l’intimité des jeunes et documente leur mode de vie et leurs cultures à travers le prisme de l’habitat.

74 états sanctionnent encore les personnes LGBT + par de la prison, de la torture et des travaux forcés. Dans 13 pays, l’homosexualité est toujours passible de la peine de mort. C’est pour illustrer cette disparité et ces inégalités que nous avons souhaité présenter une sélection de 11 photographies de ce projet au long cours, 11 personnes, 11 pays, mais surtout 11 histoires, autant de témoignages qui prouvent qu’être ce que l’on est, aimer qui l’on souhaite doit être un droit fondamental peu importe les pays, les cultures et les continents.

• Vendredi 18 mai 2018, à 20h00,

Soirée « Bizeau »

Au Samovar

avec La CAUSE du POULAILLER (Prépa repas 17h30 et soirée à 20h)
Au menu : projection, lectures, témoignages, etc…autour de l’oeuvre de ce libertaire tourangeau. Eugène Bizeau est un poète et chansonnier anarchiste français. Il collabora à de nombreux périodiques et journaux libertaires de son époque, parmi lesquels Le Libertaire. Il appartint au groupe de la Muse rouge avec Gaston Couté et Aristide Bruant.

• Mardi 22 mai 2018, à 20h45,

Conférence, Présentation de l’écologie sociale

mardi 22 mai à 20:45 – 22:15
Salle polyvalente, 33620 Saint-Mariens

Détails

Floréal Romero va présenter l’écologie sociale, courant d’écologie politique initié par Murray Bookchin. Proposant une analyse du rapport social de l’humain à la nature et des solutions aux destructions exercées par l’humain sur la nature, par un changement radical de société.

Ecoloculture

Initiative pour un Développement Ecologique Alternatif – IDEAl·jeudi 25 janvier 2018

Dans le but de produire et diffuser des créations culturelles ayant un lien avec l’écologie sociale, nous organisons un « concours » appel à création. Toutes les créations sont les bienvenues, de la photographie à la sculpture, de la poésie à la nouvelle en passant par le court métrage, la musique, etc.

Nous publierons l’ensemble des créations qui nous semblerons compatibles avec la vision du monde de l’écologie sociale. Les œuvres au format adapté seront publiées dans un calendrier qui sera vendu au profit de l’IDEAl à la fin de l’année. D’autres événements pourraient être organisés dans le cadre de cet appel à création.

Amis et amies artistes, créatrices et créateurs nous espérons entendre parler de vous !

Pour comprendre le cadre de sélection de vos œuvres, voilà déjà quelques rappels sur l’écologie sociale :

  • Une vision politique : Ecologie, Liberté, Egalité
  1. Démocratie directe municipaliste
  2. Production locale et intégrée aux écosystèmes
  3. Autogestion citoyenne et partage de la production
  4. Liberté et lutte contre les oppressions
  • Culturelle :
  1. L’humain est fondamentalement lié à la nature mais il a sa propre « histoire » à vivre
  2. Une approche de la nature à la fois rationnelle, esthétique et poétique : il ne faut pas la croire hostile et méchante, ni même bonne et bienveillante, mais c’est une source d’inspiration en constante innovation
  3. Mettre le lien social et les échanges en avant contre les rapports marchands : la société doit s’organiser par l’échange et l’entraide sociale.
  4. Les progrès technologique et social sont indispensables et utile au développement de l’humanité à condition de ne pas être animés et conditionnés par le profit.

Nous vous invitons à chercher de plus amples informations sur le site ecologiesociale.ch et/ou dans les écrits de Murray Bookchin et des autres penseurs et penseuses de l’écologie sociale.

• Vendredi 25 mai 2018, à 20h00,

Ciné-Réseau « Pastorales Électriques »

Cinéma Jean Eustache à Pessac

• Samedi 3 juin 2018, à 18h,

Fête de la Solidarité et le Bal du RESF33

Place Canteloup- Quartier Saint Michel 33800 Bordeaux

Organisé par RESF33

Publié dans Achaïra, L'Agenda militant | Tagué , , ,

Achaïra n° 202 : éditorial de mai 2018

Éditorial de l’émission Achaïra n° 202 du lundi 7 mai 2018

Voici le moment éditorial. Un éditorial, c’est souvent l’endroit où on donne la ligne éditoriale du média, ou du groupe éditeur, sur le temps qui va. Mais le cercle libertaire Jean-Barrué est plus compliqué ou complexe car, à l’image du mouvement libertaire, il a ses tendances, ses courants qui l’irriguent et le font vivre et vibrer à des fréquences diverses et variées, la mode est de dire plurielles. Donc, quant à parler de ligne éditoriale, ce n’est pas sûr que ce soit une ligne droite.

Nous aurions pu vous y parler de violences, nous positionner, nous cercle libertaire Jean-Barrué, ici porteurs des idées de désobéissance civile, d’action directe non violente, nous aurions pu débattre autour des stratégies ou tactiques de « black bloc » en fonction des contextes, des messages émis et des messages reçus.

Nous aurions pu vous parler de la violence de l’État, celle de la répression, dont nous avons parlé, celle des réformes qui affaiblissent toujours plus les dépossédés, le prolétariat, la classe ouvrière au sens de celle qui œuvre au profit des possédants, les détenteurs du capital, les capitalistes. Casse du code du travail, bien fragile prothèse dans le rapport de subordination du salariat, mais déjà trop forte pour le capital, casse de la protection sociale à venir pour très bientôt, arnaque du dialogue en Nouvelle Calédonie entre les élites Caldoches et les nouvelles élites Kanaks, pour au final toujours du racisme et de la condescendance de la part des colons caldoches. Violences des politiques migratoires avec la nouvelle loi Asile. En tout cas des réformes sans répits, sans laisser le temps à une opposition remplie de contradictions de s’organiser pour faire front commun. Cadeaux pour les riches qui n’ont même pas besoin de réclamer, cachots pour les pauvres qui l’ouvrent.

Nous aurions pu vous parler de l’utilité ou non d’une organisation anarchiste tant un tel contexte. Coincés entre le rôle des partis qui veulent conquérir le pouvoir et les nombreuses et nombreux qui se réclament ici ou là des penseurs anarchistes, qui expérimentent zones libérés temporairement ou à défendre, nous étions nombreux à penser que l’organisation anarchiste était un creuset où nous partagions les luttes du quotidien pour les penser dans la projection d’aujourd’hui à demain, puis nous avons pensé l’ici et maintenant et nous avons partagé des discours sur les luttes auxquelles nous participions pour leur donner sens, nous avons commenté en anarchistes les actions auxquelles nous participions avec d’autres pour y déceler tout ce qu’elles avaient de libertaires, c’est-à-dire d’émancipatrices, de réaliser par celles et ceux qui l’ont décidé ou le contraire, d’égalitaires aussi, sans discriminations, de genres, d’origines, …

Peut-être que demain, nous aurons le temps de réaliser des éditoriaux plus collectifs, mais nous n’avons pas encore décidé si l’adoption de la « ligne éditoriale » sera faite à l’unanimité, au consensus ou à une majorité quelconque, majorité qualifiée ou silencieuse.

Mais, pour faire court et laisser la place à cette riche émission, je reviendrais sur bordeaux et sur ma rencontre avec les sahraouis de Bordeaux, le scandale de leurs nombreuses expulsions. Par moment plus de 300 sur Bordeaux, ils étaient 180 quai de Paludate mardi dernier, suite à un incendie dans leur squat, la préfecture décide de les évacuer, mais ne leur laisse pas le temps de récupérer leurs effets personnels. Tous biens qui partiront à la déchetterie. L’Office français de l’immigration et de l’intégration offrira à 40 d’entre eux un hébergement en gymnase pour 4 nuits, Dimanche soir cet hébergement était terminé. Certains retourneront quai de Paludate pour être à nouveau expulsés. Réfugiés sur les berges de la Garonne, face au journal Sud-Ouest qui n’en dira mot, ils ont à nouveau évacués par les forces de l’ordre bourgeois, en leur empêchant de récupérer leurs affaires, certains ont ainsi vu partir leurs papiers d’identité vers la déchetterie. Dimanche soir, ils étaient sur les quais rive gauche face aux Quinconces, dépourvus de couverture et de nourritures, leurs bouteilles de gaz leur ayant été aussi pris. La situation est complexe certes, puisque colonisés par l’Espagne, d’où leur facilité à parler l’espagnol plus que le français, leur terre, le Sahara occidental est désormais occupé par le royaume du Maroc. Beaucoup sont réfugiés dans des camps dans le Sahara algérien, comme à Tindouf, d’autres ont émigrés en Espagne puis en Europe en quête de la reconnaissance de leur patrie. Ils sont donc sans statut ou entre plusieurs statuts en France, sans hébergement. Pour que les pouvoirs publics locaux bougent, il faudrait rendre visible leur détresse et organiser une manifestation de solidarité.

Cette situation dure sur Bordeaux depuis plus de 4 ans, sans que la population dans son ensemble ne le voit, sans doute la cécité est-elle une maladie des temps modernes, disons la cécité vers plus fragiles que soi, car on regarde bien les puissants, j’ai même croisé des fans d’Emmanuel M. le Maudit.

Comme ce n’est pas elles ou eux qui vont changer le monde favorablement pour les dépossédés, il faut donc qu’on s’y mette. Les occasions ne manquent pas.

Publié dans Achaïra, éditorial du mois | Tagué

Achaïra n° 202 : éphéméride de mai : Mai 1968

Éphéméride de mai 2018

1968…

Non, nous n’échapperons pas à la mode contagieuse de la commémoration de Mai 68 à Achaïra comme ailleurs ! La matière foisonne sur tous les réseaux sociaux comme dans les journaux quotidiens et magazines. La télévision n’est pas en reste, il y a même eu une émission/documentaire à l’honneur des « remparts de la République », CRS et consorts ! Diable … On se bornera ce soir à vous donner quelques pistes pour lire réfléchir. Comme il est dit dans une brochure sur le mouvement de Floréal an 176, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui « sont nés » en ce joli mois de mai. (Mai 68 par eux-mêmes, textes et propos recueillis par « chroniques syndicales », « Femmes libres » et le groupe Pierre Besnard de la Fédération Anarchiste, édité en 1989).

J’ai longtemps hésité avant de faire une citation, puis j’ai tranché : Cabu « en 68, j’avais 30 ans, j’étais dessinateur à Hara-Kiri et à Pilote, mais ces deux journaux ne paraissaient pas dans cette période et je me suis donc recyclé dans l’Enragé le journal ré par Siné et Wolinski… et puis les vieux cons la ramenaient pas, c’est de ça dont j’ai le souvenir… On était sur une planète où les méchants avaient momentanément disparu ; on croyait naïvement qu’ils allaient se convertir, que l’intelligence allait gagner enfin ! ».

On pensera bien sûr chers auditeurs, chères auditrices que cela fleure l’utopie soixante-huitarde mais on peut préférer ça à la célébration des pavés et des voitures embrasées !

Bon, passons aux repères historiques :

– 8 janvier : François Missoffe, ministre des sports et de la jeunesse, est interpelé lors de l’inauguration de la piscine à Nanterre,

– Février : manifestation de soutien à Henri Langlois directeur de la cinémathèque française visé par André Malraux alors ministre de la culture,

– 20 mars : attaque des bureaux de l’American express près de la place de l’Opéra à Paris par des manifestants anti guerre du Vietnam,

– 22 mars : occupation des bâtiments de l’administration de la faculté de Nanterre, le mouvement dit du « 22 mars » en a tiré son nom,

– 30 avril : fermeture de la faculté de Nanterre,

– 3 mai : fermeture de la Sorbonne,

– 6 mai : affrontements au quartier latin. L’université de Lyon se met en grève,

– 7 mai : manifestation à Paris,

– 8 mai : d’autres villes rejoignent le mouvement, 10 000 manifestants à Saint-Nazaire et Nantes,

– 10-11mai : nuit des barricades,

– 13 mai : manifestations ouvriers-étudiants dans toute la France,

– 14 mai : occupation de Sud-aviation,

– 15 mai : le théâtre de l’Odéon à Paris est occupé,

– 20 mai : plus de 10 millions de manifestants dans toute la France,

– 22 mai : Daniel Cohn-Bendit est expulsé de France,

– 24 mai : Paris, attaque de la Bourse, tentative d’incendie. A Lyon, décès accidentel d’un officier de police. Manifestation de paysans à Nantes,

– 27 mai : accords de Grenelle, meeting au stade Charléty,

– 29 mai : De Gaulle « disparaît »,

– 30 mai : dissolution de l’assemblée nationale et manifestation pro-gaulliste sur les Champs-Elysées à Paris,

– 1er juin : manifestation pro-gaulliste à Nantes,

– 6-10 juin : incidents à l’usine de Flints, mort de Gilles Tautin,

– 11 juin : manifestation gare de l’Est à Paris,

– 12 juin : dissolution d’organisations d’extrême gauche,

– 16 juin : évacuation de la Sorbonne,

– 10 juillet : arrestation d’Alain Krivine

Mais avant, élections/trahison… 23 et 30 juin, victoire écrasante d la droite 394 sièges contre 91 à la gauche…

Publié dans Achaïra, éphéméride, Messages reçus | Tagué