»Salut à Toi Maurice,

avec un immense respect pour ta gentillesse et ta disponibilité, pour la multitude de tes engagements, pour ton implication dans le réseau antifasciste Ras Le Front et les débats que tu vins animer pour nous à Bordeaux avec le Collectif Anti Fasciste, pour ton célèbre bulletin Que Fait La Police qui démarra après l’assassinat du jeune Makomé dans le commissariat des Grandes Carrières, à Paris 18ième.

Merci pour tous les livres que tu as écris et qui sont des livres d’histoire, la tienne mais aussi la nôtre, pour ce travail patient qui a permis de montrer l’implication de la police française dans l’arrestation des personnes juives en France pendant la seconde guerre mondiale.

Comme ton ami Michel Slitinsky de Bordeaux, lequel a mené une recherche historique similaire pour prouver l’implication de Papon, tu étais un passeur de mémoire, une mémoire dont nous avons besoin pour connaître la vérité, ne pas oublier et pouvoir dire : « Plus Jamais Ça ».

Maurice, tu me faisais penser à ma Grand-Mère, qui elle aussi me racontait les petites histoires de la grande histoire, le souvenir de ma Grand Tante Marie, laquelle faisait partie d’un réseau de résistance qui se chargeait d’aider les prisonniers évadés d’Allemagne et qui racontait que le plus dur n’était pas de traverser les lignes allemandes, mais de les sortir de la gare de l’Est à Paris où la police française, eh oui encore elle, contrôlait avec un zèle imbécile et complice.

Maurice, tu étais avec nous samedi Place de la République à Paris, avec le comité Adama et avec toutes les victimes des violences policières, contre le racisme et les inégalités. merci à Toi Maurice Rajsfus.

Tu étais un Homme de mémoire, nous ne t’oublierons pas »

 

Patrick Aguiar à Montréal le 15 juin 2020