Achaïra n°196 l’émission radio du lundi 2 octobre 2017


 

Le Cercle libertaire Jean-Barrué vous présente l’émission Achaïra n° 196 du lundi 2 octobre 2017

 

Salut à toi camarade. Salut à toi fidèle auditeur, fidèle auditrice d’Achaïra. Bienvenu sur « La Clé des ondes » la radio associative bordelaise qui se mouille pour qu’il fasse beau.

Saches que tu peux d’ores et déjà réécouter Achaïra sur le podcast de l’émission en cliquant ici.

Sommaire de l’émission Achaïra n° 196 du lundi 2 octobre 2017

20h00 – générique – (sur fond musical Fela) – Esméralda, Bruno et Philaud

20h01 – sommaire-éditorial de l’émission – Philaud

Salut c’est Philaud, vous êtes bien sur Achaïra, c’est la 196éme édition aujourd’hui et nous sommes ensemble, avec Esméralda, Fabienne, Thierry, Progrès et Laurent aux manettes de l’émission. Pour cette édition, nous n’aurons d’invités, mais il y aura en trame de fond, le thème de la révolution d’octobre. D’ailleurs, nous commençons par l’éphéméride d’octobre.

20h02 Virgule sonore (jingle éphéméride)

20h02 – L’éphéméride anarchiste – 12 min [avec
commentaires courts et éventuels,]

20h14 – suite du sommaire-éditorial de l’émission – Philaud et les autres

C’est terrible, dans un mois, entre deux émissions, l’actualité est trop importante, et on a du mal à extraire des moments essentiels. Le risque d’escalades militaires existe bien à un haut niveau avec la confrontation entre les dirigeants coréens et américains. Les catastrophes naturelles semblent bien augmenter en intensité avec le réchauffement climatique.

Au niveau hexagonal, ce qui mobilise nos esprits est la nième attaque contre les minces protections des travailleurs face au patron. Les idéologues du Medef sont à l’œuvre depuis longtemps et ils en tirent les fruits. D’abord, cela passe par désespérer et casser toutes résistances. Seule une minorité active pense encore qu’il est vital de résister car perdre en résistant ce n’est pas perdre. C’est aussi penser l’avenir pour reconstruire un autre rapport au travail.

Ironiquement, on remarquera que lorsque les policiers sont en arrêt de travail, les manifestations sociales se passent avec beaucoup moins d’incidents, faudrait que tout le monde s’interroge là-dessus.

On finit par le savoir, il n’y a pas de recettes pour qu’il y ait une forte mobilisation. On doit donc valoriser tout ce qui se fait en matière de résistance contre la loi travail, et inlassablement répéter que dans tout système ce que chacun vit est intiment lié à ce que les autres parties vivent et que donc la solidarité, l’entraide sont une nécessité vitale.

Alors qu’un temps, il s’agissait d’appeler à la généralisation de la grève et à la grève générale, force est de constater que les dernières mobilisations se sont faites sans qu’il n’y ait de débrayages significatifs, alors cela rend un peu vain l’appel à généraliser ce qui n’a pas commencer à exister. Dans ce contexte, on peut s’interroger sur les messages portés par exemple sur des t-shirts, slogans qui disent « c’est dans la rue que ça se passe » ou « c’est dans la rue que ça se gagne ». Que s’agit-il de gagner ? Rappelons que le pouvoir politique n’est que l’expression du pouvoir économique qui finance ses campagnes et lui élabore son idéologie. C’est bien le pouvoir économique qu’il faut toucher par le blocage de ses sources de revenus, il y a de bons moyens pour cela : la grève ou de long blocage des circuits économiques (routes, trains, avions, électricité, banques, …). Il est clair que la grève de ces secteurs est indispensable pour bloquer durablement leur activité et plus largement.

Ce mois-ci, nous avons aussi connu la banalisation de l’état d’urgence en l’introduisant en partie de façon permanente dans la loi. Bien sûr, c’est le contrôle des mouvements sociaux, les assignations à résidence mais c’est aussi la pression sur les jeunes les plus pauvres, c’est le contrôle au faciès institué par le soupçon. Le scénario turc n’aura pas besoin de nouvelles évolutions juridiques pour se mettre en œuvre, toute opposition pouvant de près ou de loin être assimilée à un soutien au « terrorisme ». La démocratie facilite son transfert en régime autoritaire sans avoir besoin de passer par le coup d’État militaire ou la dictature, c’est la « ferme démocratie », qui rend la liberté suspecte d’atteinte à l’ordre public. Le terrorisme n’est pas défini et peut donc servir les puissants pour qualifier tout adversaire un peu rebelle.

Tout ça porte peut-être le débat comment se fait ou peut se faire un changement de société.

Pour prendre un autre angle de vue, André a lu plusieurs ouvrages qui interrogent sur l’existence d’une nature humaine et c’est l’objet de sa chronique intitulée « de notre nature animale ».

20h16 Virgule sonore (jingle chronique désobéissance)

20h16– La chronique de la désobéissance – André (enregistrement)

«Notre nature animale » – 8 min + 8 min de commentaires sur la chronique

Nature humaine ?

Sortir de son bocal, arrêter sa vie de poisson rouge, il y a un risque, cela vaut-il le coup de s’élancer?

20h32 Illustration musicale n° 1- 5 min 20 – « On est des merdes toutes pourries ! » – Mathilde Nègre

20h37 Virgule sonore (jingle débat d’actu)

20h37 – annonce n° 1 – « Le Jeune Marx » – 7 min

Le film

L’époque 1844 -1848

La rencontre Proudhon / Marx

Les positions

L’invité : Gaetano Manfredonia

o Les dates 6 et 7 octobre

o Présentation

o Bibliographie

Le programme et les dates de Clin d’Œil

20h56 Illustration musicale n° 2 – 2 min 53 –Makhnovtchina – Les Béruriers Noirs –

 

20h59 Virgule sonore (jingle débat d’actu)

20h59 – retour sur octobre 1917 – 15 min

Les anarchistes dans la révolution russe

Les anarchistes dans le monde face à la révolution russe

Quelques références bibliographiques :

La Revolution Inconnue de Voline;
La guillotine au travail par G.P. Maximov;
Le mythe bolchévik et la tragédie russe, tous deux d’Alexandre Berkman;
Les bolcheviks et le contrôle ouvrier par M. Brinton;
L’insurrection de Kronstadt par Ida Mett;
L’histoire du mouvement makhnoviste par Peter Arshinov;
Ma désillusion en Russie et Vivre ma vie (ou L’épopée d’une anarchiste) par Emma Goldman;
Nestor Makhno Le Cosaque de l’Anarchie ;
La lutte pour les soviets libres en Ukraine 1917-1921 par Alexandre Skirda ;
Nestor Makhno – Mémoires et écrits – 1917 – 1932 –Editions Ivrea – Champ Libre ;
et les numéros spéciaux de Alternative Libertaire (n°274) et du Monde Libertaire (n°1790)

Beaucoup de ces livres ont été écrits par des anarchistes actifs pendant la révolution, beaucoup emprisonnés par les bolcheviks et déportés vers l’Ouest en raison de la pression internationale exercée par les délégués anarcho-syndicalistes à Moscou que les bolcheviks essayaient de gagner au léninisme.
La plupart de ces délégués restèrent fidèles à leur politique libertaire et convainquirent leurs syndicats de rejeter le bolchevisme et de rompre avec Moscou.
Au début des années 1920, toutes les confédérations syndicales anarcho-syndicalistes s’étaient associées aux anarchistes pour rejeter le «socialisme» en Russie comme du capitalisme d’État et une dictature du parti.

21h16 Illustration musicale n° 3 – 2 min 52 – Faut plus de gouvernement (1889 – chanson anarchiste) –

21h19 Virgule sonore (jingle Achaïra)

21h19 – annonce n°2 –« La Bande Noire » – partie 2 – 9 min

La soirée de débat le 19 octobre, à l’Athénée libertaire

L’organisateur : le collectif libertaire de Gironde

L’invité, l’auteur

Le livre

Les thèmes :

o La propagande par le fait

o L’influence lyonnaise

o Aux origines du mouvement ouvrier en France

21h28 Illustration musicale n°4 – 3 min – « Luttes d’hier et d’aujourd’hui »– Hors Contrôle

21h31 – Sur Ascanio Celestini – Progrès – 12 min

Le film « Pecora Nera », séance-débat à l’Utopia le 10 octobre 20h30

L’ écrivain, le réalisateur, le metteur en scène,

Son engagement politique

Extrait du « Discours à la Nation » dit par David Murgia

21h43 – annonce n°3 – Casse –rôles – Esméralda et Fabienne – 12 min

Présentation du n°1 de cette nouvelle revue féministe et libertaire

– Casse-rôles est un trimestriel à prix libre. Les frais postaux sont d’1,50€ par numéro, soit pour 1 an (4 numéros) = 6€+…(prix libre).
Indiquez le nombre de numéros que vous désirez recevoir.
Libellez le chèque à l’ordre de: Les Amis de Pierre Besnard.
Adressez-le à: Casse-rôles, c°/ Hélène Hernandez 16 rue de Meaux, 75019 Paris
Pour les propositions, email: casse-roles

Présentation d’un choix d’articles

21h55 Coupure musicale n° 4 – 2 min 58 – La Compagnie Jolie Môme – L’hymne des femmes

21h58 Virgule sonore (jingle agenda)

21h58 – Agenda militant (sur fond musical Ska reggae hip hop de Skatalites) 10 min

22h08 – On se dit au revoir. (Sur fond musical Soul jazz orchestra-insurrection)

L’émission touche à sa fin, c’était la 196éme d’Achaïra. L’animation a été assurée par Esméralda, Fabienne, Thierry, Progrès, et moi-même. Et un très grand merci à Anita pour son soutien dans la conception, à André Bernard pour sa chronique et à Laurent aux manettes de l’émission.

Vous pouvez retrouver l’émission soit en redif le vendredi qui succède le direct et cela à midi, ou en podcast sur le www.lacdo.org dans la rubrique « Programme » puis cliquez sur « Achaïra », ainsi que sur les sites du cercle https://cerclelibertairejb33.wordpress.com et http://cerclelibertairejb33.free.fr en plus le programme sera détaillée et vous aurez les liens sur les chroniques écrites.

A bientôt dans les mobilisations, les luttes, la vie-quoi !

La prochaine d’Achaïra ce sera probablement le Lundi 6 novembre 2017 à 20h00 toujours sur la clé des ondes 90.10.

Alors d’ici là portez vos luttes avec conviction et détermination.

22h10 – Fin de l’émission

Éphéméride d’octobre 2017

Le 1eroctobre 1867,naissance de Fernand Pelloutier, militant syndicaliste révolutionnaire et fondateur de la Fédération des Bourses du travail :

« Partisans de la suppression de la propriété individuelle, nous sommes en outre ce que ne sont pas les politiciens, des révoltés de toutes les heures, hommes vraiment sans dieu, sans maître et sans patrie, les ennemis irréconciliables de tout despotisme, moral ou collectif, c’est-à-dire des lois et des dictatures (y compris celle du prolétariat), et les amants passionnés de la culture de soi-même. »

Le 4 octobre 1901,naissance à Paris, dans un famille de libres penseurs, de Renée Lamberet. Professeur d’histoire et de géographie, elle sera une fidèle collaboratrice de l’historien de l’anarchisme Max Nettlau. En 1936, elle se rend en Espagne et s’intéresse particulièrement aux collectivisations de la Confédération nationale du travail, collabore à la propagande libertaire et participe à l’aide aux enfants réfugiés des zones de guerre.

Le 7 octobre 1879, naissance du poète ouvrier Joe Hill en Suède. En 1902, il émigre aux États-Unis et adhère aux IWW et répand les idées anarcho-syndicalistes par sa poésie et ses chansons. En 1914, l’accusation du crime d’un droguiste lui vaut d’être condamné à mort et fusillé. «Ne perdez pas de temps à pleurer.Organisez-vous ! »,écrira-t-il avant de mourir.

Le 5 octobre 1839,naissance, près de Paris, d’Eugène Varlin. Relieur, militant ouvrier, internationaliste, communard et libertaire. En 1865, il participe à la fondation d’une société d’épargne et de crédit mutuel des ouvriers relieurs.

Le 9 octobre 1909,à Barcelone, Francisco Ferrer est jugé par une cour martiale pour sa supposée responsabilité dans la Semaine tragique. Ce jugement bâclé, inspiré par la monarchie cléricale espagnole qui n’a pas digéré son travail émancipateur qu’est l’École moderne, le conduira devant un peloton d’exécution dans les fossés de Montjuich.

Le 12 octobre 1860,naissance d’Émile Pouget dans l’Aveyron. Pamphlétaire redouté, militant et propagandiste anarcho-syndicaliste, antimilitariste, anticlérical et animateur du Père Peinard.

En octobre 1824,naissance de Plotino Rhodakanaty à Athènes. Philosophe, pédagogue, socialiste utopiste et mystique, il est aussi le précurseur de l’anarchisme mexicain.

Le 14 octobre 1894, naissance de Mohamed Saïl, en Algérie, qui fut militant anarchiste et insoumis durant le premier conflit mondial. En 1936, il part combattre en Espagne, est blessé en décembre. Le 30 avril 1953, Le Libertaire annoncera sa mort.

Le 15 octobre 1902, naissance d’André Prudhommeaux (dit Prunier) au familistère de Guise. Cet anarchiste milita avec sa compagne Dora Ris (dite Dori).

Le 15 octobre 1902,naissance d’Amparo Poch y Gascon en Aragon qui deviendra une militante anarchiste féministe et une propagandiste de la liberté sexuelle.

Le 20 octobre 1895, naissance de Gaston Leval. Insoumis de la guerre 14-18, il milita en Amérique du Sud et en Espagne. Nombreux écrits historiques et théoriques.

Le 25 octobre 1806,naissance de Johann Kaspar Schmidt, dit Max Stirner, auteur de L’Unique et sa propriété qui influença beaucoup les anarchistes individualistes.

Le 27 octobre 1889,naissance en Ukraine de Nestor Ivanovitch Miknienko, dit Makhno. Ses Mémoires et écrits, 1917-1932 ont été publiés chez Ivrea en 2009.

Le 30 octobre 1904,naissance de Georges Navel à Pont-à-Mousson. Insoumis, écrivain autodidacte et libertaire : « Il y a une tristesse ouvrière dont on ne guérit que par la participation politique. Moralement, j’étais d’accord avec ma classe. »

Publicités
Cet article, publié dans Achaïra, Messages reçus, Sommaire, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.