Achaïra n°195 l’émission radio du lundi 4 septembre 2017


 

Le Cercle libertaire Jean-Barrué vous présente l’émission Achaïra n° 195 du lundi 4 septembre 2017

Salut à toi camarade. Salut à toi fidèle auditeur, fidèle auditrice d’Achaïra. Bienvenu sur « La Clé des ondes » la radio associative bordelaise qui se mouille pour qu’il fasse beau.

Saches que tu peux d’ores et déjà réécouter Achaïra sur le podcast de l’émission en cliquant ici.

Sommaire de l’émission Achaïra n° 195 du lundi 4 septembre 2017

20h00 – générique – (sur fond musical Fela) – Esméralda, Bruno et Philaud

20h03 – sommaire-éditorial de l’émission – Philaud

Salut c’est Philaud, vous êtes bien sur Achaïra, c’est la 195éme édition aujourd’hui et nous sommes ensemble, avec Esméralda, Marion, Patrick, Progrès et Laurent aux manettes de l’émission. Pour cette édition, nous serons accompagnés par Christian Mériot, venu présenter son ouvrage de vagabondage intitulé « Croire tue ». C’est un titre qui attire avec les feux de l’actualité récente des attentats au nom de Dieu, appelé Allah en l’occurrence. Nous reviendrons avec lui largement sur les questions de croyances et de faits religieux dans cette émission de septembre. D’ailleurs, commençons par l’éphéméride de septembre.

20h04 Virgule sonore (jingle éphéméride)

20h04 – L’éphéméride anarchiste – 9 min

20h13 – suite du sommaire-éditorial de l’émission – Philaud et les autres

Nous vous l’avons annoncé, nous accueillons Christian Meriot qui nous parle de ses vagabondages qui l’ont amené du Grand Nord à l’Océan indien. Et ces vagabondages ont accompagné ses interrogations sur le fait religieux. Il faut dire que Christian Meriot est ethnologue, spécialiste des Sâmes (Lapon). Christian Meriot né en 1934, retraité, se veut jardinier de son jardin comme de ses réflexions. D’abord chercheur au CNRS, il a été ensuite plus de vingt ans professeur d’ethnologie – anthropologie sociale – au sein de l’Université de Bordeaux, où il a dirigé le département d’ethnologie. Il est aujourd’hui Professeur Emérite, à l’Université Victor Segalen-Bordeaux II. On trouve parmi ses publications : « Tradition et modernité chez les Sâmes » (publié à L’Harmattan, en 2002), Les Lapons (chez PUF, en 1992) et enfin « VAGABONDAGES AUTOUR DU FAIT RELIGIEUX – Croire tue » (publié à L’Harmattan, en 2017).

Son éditeur présente ainsi ce dernier ouvrage : « Le fait religieux envahit la sphère médiatique sans que l’accent soit mis sur l’essentiel quant aux violences imputables à toutes les religions. Cet essai veut les décrire d’un point de vue anthropologique pour dénoncer les illusions mortifères de leurs mythes fondateurs. S’appuyant sur les travaux de Lucrèce, de Spinoza, la résistance anti-religieuse et athée, principalement en France, cet essai se veut un libre cheminement à partager avec tous les « indigènes de l’univers » (en se référant ici à Proudhon). »

Mais Christian Meriot n’est pas un inconnu des anarchistes bordelais. Dans les années 1954, il a été engagé auprès des JL (jeunesses libertaires) de Bordeaux avec Yves Peyrault, un des initiateurs de Radio libertaire sur Paris, avec Joachim Salamero, qui fit ici même une fresque de l’engagement d’Aristide Lapeyre dans le mouvement libertaire, c’était dans l’émission du 4 mai 2015, mais aussi avec Joséphine Rubiol dit « Fifi », Pepito Duran et Gérard Escoubet. Il a participé à l’achat du local des anarchistes, au 7 de la rue du Muguet, et fut actif aux séances du « ciné-club du 19 juillet » ainsi qu’aux conférences de l’athénée avec les frères Paul et Aristide Lapeyre.

Il aime à dire que, selon la formule de Sébastien FAURE, « chaque militant est utile, aucun n’est indispensable ».

Christian, est-ce que cette présentation ne fait pas trop d’erreurs ?

Depuis la dernière d’Achaïra, le monde continue sa course effrénée vers le plus grand profit des classes dirigeantes, elle s’accompagne de la croissance de l’expression du repli nationaliste. Alors que celles et ceux qui aident les migrants sont poursuivis par la justice française a l’instar de Cédric Herrou dans la vallée de la Roya à la frontière franco-italienne, d’autres peuvent impunément construire des murs devant des hôtels réservés par les autorités pour accueillir des migrants, en Haute Pyrénées, et des militants d’extrême droite se disant « identitaires » peuvent affréter un bateau, le C-Star sous pavillon djiboutien, avec pour mission de repousser vers l’Afrique, la Lybie en l’occurrence, les embarcations de migrants qui voudraient traverser la Méditerranée, sans être inquiétés par les autorités pour les risques qu’ils font courir aux vies humaines et foncer même sur l’Aquarius qui lui sauve les migrants naufragés en Méditerranée. Heureusement, un peu partout autour de la Méditerranée, que ce soit à Chypre, en Grèce ou en Tunisie, des personnes, antifascistes comme pêcheurs, se mobilisent pour les empêcher d’accoster. Faisons tout pour que ce C-Star ne soit qu’une étoile filante dans le ciel de la société spectaculaire. Ensuite, ce sont les suprématistes blancs américains qui se sont illustrées avec des rassemblements d’extrême-droite qui a conduit à la mort de Heather Heyer, tuée par un nazi à Charlottesville qui a foncé dans les manifestants antifascistes au volant de sa voiture. C’est cette méthode de la voiture bélier qui est encore utilisée dans différents attentats comme celui de Barcelone, mais avant Londres, Nice, etc. On se rappellera que les franquistes il y a quatre-vingt ans partaient au combat contre les anarchistes et les républicains aux cris de « Viva la muerte ! », une forme de continuité entre tous les fascistes pour une forme particulière du culte de la charogne, qui nous veut Plutôt morts que libres !

André a lu ton ouvrage et c’est l’objet de sa chronique.

20h18 Virgule sonore (jingle chronique désobéissance)

20h18– La chronique de la désobéissance – André (lecture par Esméralda)

«Croire tue ! » – 5 min + 7 min de commentaires de l’invité

Christian, comment réagis-tu au regard qu’André à porter sur tes vagabondages ? N’est-il pas un peu sévère ?

En gros, il nous dit que la lutte contre les religions servirait aujourd’hui à détourner les esprits du combat contre nos exploiteurs capitalistes. Il te reproche aussi un peu de manquer de sérieux dans tes propos. Qu’en penses-tu ?

20h30 – suite du sommaire-éditorial de l’émission – Philaud et les autres

Cet été, à notre petite échelle hexagonale, c’est encore au droit du travail que s’attaque le gouvernement fraichement nommé, même s’il n’est pas fait de petits nouveaux comme on nous le présente. Certes le Code du travail, ce n’est pas la Bible, il a été écrit sous la dictée des luttes sociales, mais aussi sous celle de leurs reculs. Une révolution reste à faire pour changer les comportements des hommes et des femmes vers plus d’entraide, mais une révolution qui ne soit pas autoritaire comme celle qui eut lieu il y a presque un siècle, porteuse d’espoirs certes mais aussi de combien de désillusions, désillusions que nous payons encore chèrement. Une révolution antiautoritaire, libertaire fondée sur l’engagement de chacune et chacun, sur l’entraide et sans transcendance comme nous allons en débattre.

Pour conclure, nous citerons Angel Pestana, délégué de la CNT au congrès de l’Internationale communiste à Moscou, en 1920, mis en exergue dans le dernier numéro du Monde libertaire qui porte un dossier « 1917-2017 : regards sur la révolution russe » :

« La révolution, à mon avis, camarades délégués, n’est pas, et ne peut pas être le travail d’un parti.

Un parti ne fait pas une révolution ; un parti ne peut rien faire de plus que d’organiser un coup d’Etat, et un coup d’Etat n’est pas une révolution.

(…)

La révolution est le résultat de nombreuses causes dont nous situerons la genèse dans le plus haut niveau de culture du peuple, dans l’écart qui se produit entre ses aspirations et l’organisation qui régit et gouverne ce peuple.

(…)

La révolution est l’idée formée par les masses d’une condition sociale meilleure, et qui, dans son opposition aux classes capitalistes ne trouvant pas de voies légales pour son expression, surgit et s’impose par la violence.

(…)

Vous ne possédez pas seuls la révolution en Russie ; vous avez coopéré à ce qui s’est fait et vous avez été très chanceux de parvenir au pouvoir. ».

Une réflexion qui, je crois, reçoit l’adhésion de beaucoup de membres du cercle libertaire Jean Barrué qui animent cette émission.

Mais, continuons nos vagabondages autour du fait religieux avec Christian.

20h32 Virgule sonore (jingle débat d’actu)

20h32 Virgule sonore (jingle invité)

20h33 – Vagabondages autour du fait religieux – Christian Mériot– partie 1 – 16 min

Christian, peux-tu préciser le vocabulaire que tu utilises ? Qu’appelles-tu le fait religieux ?

En quoi se distingue-t-il de la religion ? de la croyance ?

On entend souvent parler de transcendance par opposition à l’immanence ? La transcendance, c’est ce qui nous vient de ce qui nous dépasse, dépasse notre entendement, l’immanence, c’est ce qui vient de nous-mêmes. On pense à Max Stirner dans l’Unique et sa propriété : « J’ai fondé ma cause sur rien ». Un rien qu’il veut créateur. « Pour Moi, il n’est rien au-dessus de Moi ! ». Peux-tu nous éclairer sur ces concepts avant de partir en vagabondages ?

Ton premier choix musical, Offenbach, on peut être surpris par une « légèreté » qui colle mal avec le sérieux du propos !

20h49 Illustration musicale – 3 min – Offenbach : « La belle Hélène » dans l’invocation à Venus le passage : « dis moi, Venus, quel plaisir trouves tu…. » acte 2, :

https://www.youtube.com/watch?v=5VYIyQO4T70 2’54 avec Leigh Draut

20h52 – Vagabondages autour du fait religieux – Christian Mériot – partie 2 – 13 min

La religion, c’est au-delà des discours et des « bible … iothèques, », des faits et aussi des méfaits. Parlons-en.

Dans les différents cultes monothéistes comme dans les religions polythéistes ou non monothéistes.

L’illustration musicale nous semble incompréhensible. Peux-tu nous éclairer sur le morceau et son titre ?

21h05 Illustration musicale – 3 min 23 – « Gula Gula » de Mari BOINE

https://www.youtube.com/watch?v=k4s8ZATQeBI

21h08 Virgule sonore (jingle invité)

21h09 – Vagabondages autour du fait religieux – Christian Mériot – partie 3 – 24 min

C’est bien de parler des croyants et des religieux, mais que dire des non-croyants, athées, antithéistes, sceptiques, et autres agnostiques ?

Athéisme d’ouverture avec Lucrèce ou Spinoza Athéisme réel avec Bakounine, Sébastien Faure ou Paul Nizan ?

Que dire de cette étude américaine qui met en évidence des préjugés d’immoralité envers les athées à travers le monde ?

Ton dernier choix pour illustrer tes propos ce sera « le chant des Canuts », peux-tu nous le présenter ?

21h33 Illustration musicale – 2 min 06 – Le chant des canuts par Marc OGERET

https://www.youtube.com/watch?v=TRpz3Yu_Vvo (après la publicité !)

21h35 Virgule sonore (jingle invité)

21h35 – Vagabondages autour du fait religieux – Christian Mériot – partie 4 – 4 min

Face à la volonté hégémonique des religions, un compromis a été trouvé avec l’idée de laïcité pour cantonner les religions sans les annihiler. Sauf que cette laïcité connait des avatars, sous les coups de boutoir d’une église qui affiche une volonté de s’humaniser, on voit apparaître des concepts de laïcité positive, on voit aussi l’idée d’une morale laïque à l’école sous les écrits d’un Vincent Peillon, hors Bakounine et Léo Ferré nous ont enseigné que la morale c’est toujours celle des autres qui s’imposent à nous contrairement à l’éthique que l’on se donne pour se construire soi-même en être libre. Qu’en dis-tu ?

On pourra aussi t’interroger sur l’utilisation de la laïcité pour dicter des codes vestimentaires, avec l’épisode le plus caricatural, l’an passé la séquence du burkini. Comment te situes-tu par rapport à ces utilisations ?

21h39 Virgule sonore (jingle Achaïra)

21h40 Virgule sonore (jingle invité)

21h41 – Christian Mériot – la citation – 04 min

Christian, nous demandons habituellement à nos invités de conclure par au moins une citation de leur choix.

Peut-être peux-tu nous dire si tu reviendrais lors d’une prochaine émission pour nous éclairer sur tes vagabondages dans le monde des idées, et aussi sur ceux dans le monde réel, qui t’on conduit de Madagascar au Grand Nord pour ton expérience ethnographique ?

21h45 Coupure musicale – 2 min 56 – Zoufris Maracas « Les cons »

https://www.youtube.com/watch?v=q_gEQ81twlE&list=RDq_gEQ81twlE#t=12

21h48 Virgule sonore (jingle agenda)

21h48 – Agenda militant (sur fond musical Ska reggae hip hop de Skatalites) 12 min

22h00 – On se dit au revoir. (Sur fond musical Soul jazz orchestra-insurrection)

L’émission touche à sa fin, c’était la 195éme d’Achaïra. L’animation a été assurée par Esméralda, Marion, Patrick, Progrès et moi-même. Et un très grand merci à notre invité, Christian Mériot, à André Bernard pour sa chronique et à Laurent aux manettes de l’émission.

A bientôt dans les mobilisations, les luttes, la vie-quoi !

Vous pouvez retrouver l’émission soit en redif le vendredi qui succède le direct et cela à midi, ou en podcast sur le www.lacdo.org dans la rubrique « Programme » puis cliquez sur « Achaïra »,, ainsi que sur les sites du cercle https://cerclelibertairejb33.wordpress.com et http://cerclelibertairejb33.free.fr en plus le programme sera détaillé et vous aurez les liens sur les chroniques écrites.

La prochaine d’Achaïra ce sera probablement le Lundi 2 octobre 2017 à 20h00 toujours sur la clé des ondes 90.10.

Alors d’ici là portez vos luttes avec conviction et détermination.

22h02 – Fin de l’émission

Éphéméride de septembre 2017

Le 1erseptembre 1937, à Bordeaux, sortie du premier numéro du journal L’Espagne antifasciste, organe trimestriel au service de la Révolution espagnole. Publication d’Aristide Lapeyre pour soutenir les compagnons anarchistes espagnols. Quelques articles seront publiés en castillan. Collaboration de Paul Lapeyre, de Jean Barrué, etc. Le journal fusionnera par la suite avec L’Espagne nouvelle.

Le 1er septembre 1981, à Paris, première émission de Radio libertaire, radio libre de la Fédération anarchiste.

Le 3 septembre 1878, naissance de Madeleine Vernet, l’éducatrice libertaire, propagandiste et militante pacifiste.

Du 3 au 8 septembre 1866, à Genève (Suisse), se tient le premier congrès de l’Association internationale des travailleurs. Les 45 délégués représentant les sections de Suisse, de France, d’Allemagne et du Conseil général de Londres, limitent leurs travaux à l’adoption des statuts généraux.

Considérant que l’émancipation des travailleurs doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ; que leurs efforts pour conquérir leur émancipation ne doit pas tendre à constituer de nouveaux privilèges, mais à établir pour tous des droits et des devoirs égaux et d’anéantir toute domination de classe.

Il s’agit du complet affranchissement de la classe ouvrière.

4 septembre 1870, déclaration de la IIIe République par Léon Gambetta. C’est aussi l’anniversaire d’Anita et d’Esméralda du cercle libertaire…

Le 6 septembre 1911, naissance à Bordeaux de Jean-René Saulière. Militant anarchiste et libre-penseur, en 1939, il refuse de répondre à l’ordre de mobilisation et se réfugie à Marseille sous le nom d’André Arru. Un livre lui est consacré : Un individualiste solidaire.

Le 9 septembre 1828, naissance de Léon Nicolaïevitch Tolstoï en Russie. Un des plus grands écrivains, mais aussi un pédagogue libertaire, qualifié d’anarchiste chrétien, il estégalement initiateur de l’idée de résistance non-violente.

Le 11 septembre 1902, naissance de Norbert Bartosek en Allemagne, promoteur de la vasectomie. Après six mois passés à Lyon, il est ensuite invité par le groupe anarchiste de Bordeaux, où il poursuit son activité médicale clandestine. Mais après avoir opéré une quinzaine de volontaires anarchistes et libres-penseurs tels que Aristide Lapeyre, André Prévotel et quelques autres, une dénonciation révèle l’affaire aux autorités qui arrêtent les protagonistes qui passèrent en procès : c’est l’affaire des « Stérilisés de Bordeaux ».

Le 18 septembre 1930, naissance de Pietro Ferrua, insoumis italien qui, à Genève, créa le premier Centre international de recherches sur l’anarchisme.

En septembre 1985, à Bordeaux, sortie du premier numéro des Cahiers des Amis d’Aristide Lapeyre. Ils seront publiés semestriellement. L’association avait pour but de recueillir, d’archiver, faire connaître d’une part tous les documents ou témoignages relatifs à l’action d’Aristide et, d’autre part, tout ce qui touche à l’histoire régionale dans les domaines tels que les activités libertaires, libre-penseuses, pacifistes, humanistes, néo-malthusiennes, syndicalistes, etc. Parmi les membres du conseil d’administration de l’association : René Bianco, Roland Lewin, Yves Peyraut, Marc Prévotel, Jean-René Saulière, etc. Au moins six numéros des Cahiers paraîtront jusqu’en octobre 1991.

Le 30 septembre 1888, naissance de Louis Lecoin, à Saint-Amand-Montrond. Figure importante de l’anarchisme, du syndicalisme, de l’antimilitarisme et du pacifisme.

֍

Publicités
Cet article, publié dans Achaïra, Idées, Messages reçus, Sommaire, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.